Built to Spill - You in Reverse

15/05/2006, par Nicolaz | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

BUILT TO SPILL - You In Reverse
(Warner) [site] - acheter ce disque

BUILT TO SPILL - You In ReverseBuilt To Spill sévit depuis 13 ans aux Etats-Unis, et y constitue une figure de proue du rock indépendant aux côtés de Wilco et Modest Mouse, sans qu'aucun de leurs albums n'ait été distribués en Europe. Pour preuve de l'attente générée par cet album outre-Atlantique (le premier en 5 ans), sa 70ème place en précommande sur Amazon deux semaines avant sa sortie.
Comme à son habitude, Built To Spill nous délivre ici un foisonnement mélodique en forme de mur du son 53 minutes durant. Pour décrire l'atmosphère de cette production, on peut parler d'un Wilco en plus électrique et plus sombre qui évoque le Crazy Horse. Les morceaux se développent lentement et impertubablement pour finir crescendo dans un déluge de notes et de lumières mélodiques à tout va. Le disque, considéré dans son ensemble, peut être décrit de la même manière, les chansons s'enchaînant progressivement vers les sommets et nous emmenant dans un tortueux périple, à la différence qu'il se clôt par un retour au calme.
Comme exemples de ce postulat et parmi les chansons reines de cet album monumental, "Traces" ou "Wherever You Go", qui constitue le début de l'envolée. Le leader du groupe, secondé par une base rythmique implacable, a la faculté d'offrir à chacune de ses compositions - simples en réalité - l'interprétation la plus exhaustive possible et ainsi de dévoiler les richesses que recèle un nombre fini et réduit d'accords. "Conventional Wisdom" suit et pousse plus loin cette mise en lumière du domaine des possibles. La chanson s'achève en une semi-improvisation décoiffante par masturbation de manche. Ces envolées empruntées à Neil Young se discutent mais apparaissent ici comme l'outil le plus approprié à l'explosion orgasmique d'une guitare. Autre brillance sonique notable, la fin de "Gone". Le morceau qui suit, "Mess With Time", est l'apogée de l'album. Autre emprunt fait à Neil Young, la voix est doublée par une guitare lead sur les couplets, qui poursuit ses incartades sur les refrains. Les choses s'emballent alors, le morceau prenant une tournure ska inattendue. Les deux morceaux qui clôturent l'album apparaissent comme un retour en douceur à la réalité.
On sort de l'écoute les oreilles repues et prêtes à la sieste, pleines d'échos des fulgurances remémorées. Reposé, le cerveau prendra le relais et semblera disposé à explorer de nouveaux univers soniques. Les jeunes groupes anglais le feront doucement rigoler.

Nicolas Guidon

Goin' Against Your Mind
Traces
Liar
Saturday
Wherever You Go
Conventional Wisdom
Gone
Mess With Time
Just a Habit
The Wait

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews