John Cunningham - Happy-Go-Unlucky

album de la semaine du 23/04/2003, par Guillaume Sautereau | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

JOHN CUNNINGHAM - Happy-Go-Unlucky
(Top 5 Records / Discograph)

JOHN CUNNINGHAM - Happy-Go-UnluckyIl y a des baffes qui se perdent... Ainsi le nom de John Cunningham, depuis presque 15 ans, après trois albums que je n'hésiterai pas à qualifier de chefs d'oeuvre, demeure-t-il cantonné à une insultante confidentialité. Ainsi, pire, ce nouvel album, quasi prêt depuis des lustres, a-t-il failli ne jamais voir le jour et il aura fallu qu'un courageux et estimable label belge mette toute son énergie dans la bataille pour qu'il sorte dans notre "beau" pays. Déjà repêché à la fin des années 90 par Alex Melis pour la première sortie des regrettés Disques Mange-Tout, "Homeless House" (chef d'oeuvre, vous dis-je), John Cunningham livre ici à nouveau dix titres de pop baroque de très haute qualité, de loin ce qui a pu se faire de mieux dans le genre depuis... depuis les Beatles ?
Car ce sont bien les fantômes de John Lennon, Paul McCartney ("Way To Go") ou George Harrison ("Can't Get Used to This", et son parfait solo de guitare venu d'outre tombe) que tutoie avec aisance l'Anglais, sans oublier l'ombre de Nick Drake, toujours présente sur les titres plus so(m)bres que sont "It Goes On" ou "Invisible Lives". Pas évident de se mesurer à de telles figures tutélaires et par ailleurs omniprésentes, mais John Cunningham s'en tire mieux qui quiconque. L'humeur du disque est plutôt automnale dans l'ensemble, mais un titre, outre le "Way To Go" suscité, vient particulièrement illuminer l'album : le bien nommé "You Shine", irrésistible et magnifiquement arrangé par Mehdi Zannad alias Fugu. Aux talents de composition évidents du père Cunningham se mêlent d'ailleurs des arrangements dont la complexité et la finesse se révèlent davantage au fil des écoutes (un seul exemple : "Take Your Time", ou comment faire du simple compliqué et vice versa).
Tentons de finir sobrement : si "Happy Go Unlucky" faisait mentir son titre résigné et obtenait ne serait-ce qu'une toute petite parcelle de l'énorme succès qu'il mérite, ce serait un formidable message d'espoir pour l'Humanité. Rien que ça.

Guillaume

Losing Myself Too
Here It Is
Way To Go
Can't Get Used To It
It isn't Easy
You Shine
Invisible Lives
Welcome to the World
Take Your Time
It Goes On

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews