Depth Affect - Track by Track

04/04/2006, par Guillaume Sautereau | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DEPTH AFFECT

Avec son premier album, Depth Affect a frappé un grand coup. Sur "Arche-Lymb", les micro-tortures sonores électroniques des Bretons sont au service d'une œuvre éclectique, inventive et lumineuse. Retour en la compagnie de Rémy Charrier et David Bideau sur la genèse de l'album.

Honey Folky

Bien que ce ne soit pas le plus vieux des morceaux présents sur l'album, c'est lui qui l'a vraiment amorcé. Avant celui-là, on ne savait pas où on allait. "Honey Folky" a fait la transition entre notre ancienne façon de composer, et la nouvelle.
On a voulu construire une sorte de morceau à cheval entre pop, hip hop et r'n'b. On a utilisé beaucoup de codes spécifiques à chacun de ces genres. Un dialogue s'instaurait alors entre la voix pop à tendance dépressive, et les chants de r'n'b mielleux. D'où le titre.

One Day Or So

La conception de "One Day Or So" est venue après la collaboration avec Alias. Les rapports avec Cyne furent différents, étant donné qu'on ne les a jamais rencontrés. Le groupe a aussi participé à la production. Ils ont ajouté l'intro et quelques beats. Le morceau a peu évolué entre le premier jet qu'on leur a envoyé, et le résultat final. Collaborer avec eux fut intéressant puisque leurs voix s'intégraient bien à l'instrumental.

One Micron Bar Head

C'est sans doute le morceau qui se rapproche le plus du style que nous avions auparavant, quoique tout de même mieux produit.

Blinzeln Blume

C'est un morceau dans lequel on retrouve de manière plus flagrante des références comme Stephan Mathieu ou Christian Fennesz. On l'a fait à partir d'éléments acoustiques dont un piano désaccordé, un accordéon et une guitare. Ils ont ensuite été retraités sur ordinateur pour les fragmenter en boucles très courtes et répétitives, avec des cuts en stéréo.

Perpendicular B-Boy

"Perpendicular B-Boy" est beaucoup plus dans une veine pop, moins lumineuse que le reste, un peu à la Cure, mais en plus électronique. La structure évolue très lentement.

Sarah Carbonne

Ce morceau est le plus ancien de l'album, on l'a composé bien avant d'attaquer "Arche-Lymb". C'est la première fois qu'on a intégré des influences mainstream. Ça nous a permis immédiatement de nous dégager de l'électronica pur-jus.

Vladgorythm Suicide

On a essayé de composer "Vladgorythm Suicide" de manière similaire aux morceaux plus rentre-dedans, mais sans beat soutenu. Il a sans doute été le morceau le plus long à composer. On l'a volontairement placé à cet endroit de l'album pour permettre une respiration.

Od-Mf-Side

Dans ce morceau, on a greffé autour d'une base hip-hop plus classique des samples de folk charcutés, des synthés cheaps et des vieux beats de MC303 mimant Aphex Twin.

Wyoming Higway

C'est notre première véritable collaboration avec un MC. On a rencontré Alias, avec qui on a sympathisé à la Guinguette Pirate, en ouvrant pour lui. On lui a envoyé une première ébauche, assez différente du résultat final. A partir de son a capella, on a repris la structure et retravaillé d'autres pistes... Pour "Wyoming Higway", on a essayé de se mettre vraiment au service de la voix.

Castor's Lesson

C'est juste une petite transition qu'on a composée assez vite, où une voix d'enfant s'oppose à des torsions de synthés.

Dani Guimauve

C'est sans doute le morceaux le plus éclaté, où l'on exploite le plus les ruptures. On passe d'une pop naïve, avec des claviers vaguement west-coast, à du hip-hop. On enchaîne petit à petit sur une sorte de ragga core, qui se rompt brutalement avant qu'on retombe finalement sur nos pattes. C'est un des morceaux sur lequel on a pris le plus de plaisir. On espère que cela se ressent.

Vegetable Valley

"Vegetable Valley" sonne au début comme une sorte d'au revoir un peu triste et naïf. C'est un morceau qui va bien en fin d'album tout en restant dans la même veine que les morceaux de la dernière partie.

Velvet and Carolina

C'est une ritournelle enfantine dans laquelle sont intégrés des bugs, qui progressivement prennent le pas sur la mélodie, comme quand un support numérique se désagrège avec le temps...

Propos recueillis par Guillaume.
Merci à Stéphane.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals