Frightened Rabbit - The Winter of Mixed Drinks

01/03/2010, par Jean-Charles Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

FRIGHTENED RABBIT - The Winter Of Mixed Drinks
(Fat Cat) [site] - acheter ce disque

FRIGHTENED RABBIT - The Winter Of Mixed DrinksLorsque Frightened Rabbit a commencé à devenir vraiment un groupe, c'était à l'état de duo. Deux frangins écossais qui jouaient fort sur leurs instruments et gueulaient comme il faut dans le micro pour livrer un rock fiévreux et assez innocent, plutôt dans le bon sens du terme. Quatre années plus tard, le groupe en est déjà à son troisième album studio. Le même sentiment d'urgence affole tout le disque, comme s'il était joué avec le feu aux fesses, sans certitude d'avoir le temps de terminer l'enregistrement. Mais entre temps le duo s'est allongé de plusieurs nouveaux membres qui viennent apporter un peu de nuance à la recette initiale. Sans avoir perdu de cette fougue juvénile et de cette immédiateté sans calcul qui faisaient leur marque de fabrique, la nouvelle bande menée par Scott Hutchison est allée tranquillement explorer du côté de la pop pour ce nouvel album.

Un nouvel équilibre s'instaure donc, bien calé entre énergie de rigueur et mélodie en cours d'apprivoisement, qui permet au disque de démarrer tambour battant. "Things" annonce la couleur, avec un refrain bien viril, qui finit par prendre le pas sur la chanson, accompagné par des couplets chantés avec plus de serénité, où on entend même quelques notes de piano. Le reste de l'album brille surtout par sa grande cohérence et par l'absence de temps mort. Aucune chanson faible ne vient entacher l'enchaînement des morceaux, expulsé avec un sincère enthousiasme. Le vrai tube arrive en deuxième position, sorte de balade pour vikings noyée sous une abondance d'instruments. Son thème accrocheur sera repris en fin d'album. Entre temps, la voix semi-éraillée de Scott Hutchison, les battements de main synchronisés, les bons riffs de guitare, les fûts de batterie et de bière qu'on imagine couler à flots et les petits apports plus discrets (triangle, violon, piano, voix, etc.) du multi-instrumentiste Gordon Skene, membre le plus récent du groupe, auront eu raison de tout scepticisme. Certes on ne découvre pas là un nouveau génie moderne, Scott Hutchison ne prétend d'ailleurs sûrement à rien de tel. Mais ça fait tout simplement du bien de se faire plaisir en écoutant de bon coeur un album, qui, selon toute vraisemblance, a été enregistré exactement dans ces conditions.

Jean-Charles Dufeu

acheter ce disque

A lire également, sur Frightened Rabbit :
la chronique de "The Midnight Organ Fight" (2008)
la chronique de "Sing the Greys" (2008)

Things
Swin Until You Can't See Land
The Loneliness & the Scream
The Wrestle
Skip the Youth
Man/Bag of Sand
Foot Shooter
Not Miserable
Living in Colour
Yes I Would

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals