Julien Pras - Interview

15/03/2010, par Benoit Crevits | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

JULIEN PRAS

Très souvent on compare ta voix, qui est particulièrement mise en avant sur le disque, à Elliott Smith. Malgré la comparaison, tu t'orientes vers des morceaux plus folk que ce que tu faisais avec Calc. C'est assez risqué. On a même eu droit entre ton concert et celui d'Emily Jane White à un titre du regretté. Elliott Smith te poursuit ?
Que veux-tu, c'est comme ça. En même temps maintenant la comparaison ne me gêne pas plus que ça. C'est assez flatteur, non ?

Et la chanson française tu en penses quoi ? Tu pourrais t'y essayer ?
Ça n'est pas exclu mais ça n'est pas une nécessité ni plus une envie que ça même si j'en écoute et que Brel, Brassens et Ferré sont des artistes qui me sont très chers. J'ai fait la connaissance de Ronan Luce dernièrement lors d'une tournée. Je suis assez sensible à ce qu'il fait tout comme Dominique A que je place au même niveau que les trois premiers. Dernièrement Frànçois & The Atlas Mountains a également été une belle surprise pour moi.

L'album est d'une très grande cohérence du début à la fin, assez fluide lors de son écoute. J'en viens à te poser la question de la pérennité de ce format. Quelle pratique as-tu avec la dématérialisation des supports ?
Je ne peux évidemment que le regretter. Pour ma part, j'accorde encore beaucoup d'importance à l'album. C'est aussi générationnel. Mais en tout cas, cela ne m'empêche pas de composer. C'est un fait, les pratiques changent. Pour ce disque par exemple, j'ai participé à la conception de la pochette, en ayant le souci de faire quelque chose de beau à l'inverse de cette grosse grenouille verte qui couvrait "Great Fun". Je me suis un peu inspiré des pochettes très classiques de Blue Note.

Je vois que tu joues dans des médiathèques. Tu en trouves quel intérêt ?
Ça permet de toucher un nouveau public. J'aime sortir des salles de concert. J'ai joué aussi dans des appartements. Et puis ce sont des lieux que j'aime puisque j'aime lire. Dernièrement j'ai lu un polar de Christophe Cook qui s'intitule "Voleurs". Un très bon premier roman bien ficelé qui suit deux potes dans une sorte de Road-movie sans-retour entre bain de sang et méditation sur Nietzsche. J'aime beaucoup également Virginia Woolf ainsi que Bjorn Riel.

Julien Pras

Qu'est ce qui t'inspire en ce moment musicalement ?
Dernièrement j'ai écouté Tiny Vipers. Un disque d'un dépouillement absolu, qui tourne depuis quelques temps chez moi.

Propos recueillis par Benoit Crevits
Photos par Julien Bourgeois et Sébastien Coulombel.

A lire également, sur Calc :
la chronique de "Twelve Steps To Whatever" (2005)
l'interview (2003)
la chronique de "Any Downs At All" (2003)
la chronique de "Something Sweet" (2000)

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals