Kelly de Martino - Radar

07/03/2005, par mr modular | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

KELLY DE MARTINO - Radar
(Le Village Vert / Wagram)

KELLY DE MARTINO - RadarIl faut le dire, Kelly de Martino n'est pas du genre à siroter un Martini dans un cocktail mondain sponsorisé par Ardisson, bruyant et vain. En écoutant le sublime "Radar", on imagine plutôt la belle et triste Américaine assise à boire sa sixième téquila à la terrasse d'un café italien en feuilletant "Au-dessous du volcan".

Pourtant, les choses commencent moyennement avec "Please Don't Call Me", notamment quand on sait qu'un membre de Holden a produit "Radar". Cette chanson reprend en effet trop fidèlement les textures et les ambiances tournoyantes de "Pedrolira", dernier album d'Holden : batterie feutrée, instruments à vents qui tanguent et voix qui câline l'oreille. C'est très beau mais, merci, ça n'égale pas l'inégalable "Pedrolira". Puis "Bamblebees" débute sur un clavier d'église qui picore dans le sac à mauvaises graines de Nick Cave et la façon qu'a Kelly de Martino de prononcer les "B", et il y en a pas mal dans "Bamblebees", est un vrai délice.
Puis progressivement, les autres lettres de l'alphabet dans sa bouche deviennent elles-aussi délicieuses à entendre. Sur "Saddest song", sa voix simple, cristalline et néanmoins cabossée se balade seule dans le désert, tout juste aidée par deux guitares échappées de l'écurie Calexico. Une chanson triste (que ne me chantait pas ma maman) parmi dix chansons tristes qui laissent passer la lumière et souffler le vent. Dix chansons tristes qui respirent la vie. Au final, Kelly de Martino s'est appropriée seulement quelques lambeaux de l'étalon "Pedrolira", sa chaleur qui engourdit les sens, ses silences aussi importants que les pincements de guitare et sa voix qui vous ensorcelle. Kelly de Martino réussit même à rendre gracieux le "Open the Door" de ces diplodocus fossilisés de Magnapop.

Quelqu'un devrait présenter Mark Eitzel à Kelly de Martino. Ce n'est pas difficile de les imaginer tous les deux accoudés à un bar, en train de discuter toute la nuit de la note de piano qui fait pleurer et d'histoires amoureuses où l'on finit seul dans le désert. Eventuellement aussi, de moustaches et de chapeaux. Quelle idée !

mr modular

Please Don't Call Me
Bumblebees
Radar
Saddest Song
New Orleans
Open the Door
In a Maze
Can't Come See Me
Roxie Parrott
My Little Fighter

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals