Look Daggers - Suffer in Style

24/03/2009, par Sylvain Bertot | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

LOOK DAGGERS - Suffer In Style
(Up Above) - acheter ce disque

LOOK DAGGERS - Suffer In StyleUn vrai bon album de la part de 2Mex ? Jusqu'ici, c'était l'Arlésienne. Dix ans qu'on l'attendait, sans ne plus trop y croire. Pourtant, vu l'excellence au mic du rappeur latino sur ses meilleures comme sur ses pires sorties, cela paraissait à portée de main. Il suffisait qu'il troque les vilains beats sans inspiration de ses projets récents pour quelque chose de plus habillé. Et ces vêtements sur mesure, à l'écoute du prometteur The Patience, Ikey Owens semblait en mesure de les lui tailler. Sur les meilleurs titres du premier EP des Look Daggers, le claviériste de Mars Volta avait su accompagner avec succès le flow typiquement californien du gros Mexicain sensible, satisfaisant ses vieilles inclinations rock. Inutile de préciser, en conséquence, que le premier véritable album du duo avait été l'un des disques indie rap les plus attendus de 2008.

Malheureusement, à l'instar du EP précurseur, "Suffer in Style" nous laisse à la moitié du chemin. Côté positif, il y a cet équilibre recherché entre raps et musique. Moins bavard qu'à l'accoutumée, 2Mex interrompt souvent son flow intense pour laisser Owens s'exprimer sur de longues phases instrumentales et pour permettre au disque de respirer. On y retrouve aussi les meilleurs passages du Patience EP, comme ce "Before You Say No" à l'orgue suave et chaleureux. Enfin, 2Mex a eu la bonne idée de poursuivre de façon plus personnelle l'hommage aux groupes rock de sa jeunesse, des Talking Heads à Weezer, entamé sur "Gloria was a Kroqer", étoffant par exemple sa relecture du "Beautiful Freek" d'Eels.

Mais en contrepoint, les titres les moins marquants du EP annonciateur ("That Look", "Call you Later") se retrouvent eux aussi sur cet album. Et les instrumentaux d'Ikey Owens, loin d'alléger la musique de 2Mex, glissent dangereusement vers les écarts prog rock déjà constatés chez son groupe Mars Volta, vers des fignolages inutiles à l'exact opposé de la pop bruyante mais épurée de Weezer et d'Eels. Ici, le rappeur la met en sourdine, mais la musique remplace ses bavardages par les siens. Elle en fait trop ("Youth is Getting Restless"), multiplie inutilement les détails ("You're Not Talking to Me") ou se lance dans une surcharge d'orgue et de guitare digne des pires dinosaures rock des 70's (l'intro indigeste de "Shades of Orange"). Le comble sur ce disque qui devait être le plus musical jamais sorti par 2Mex, c'est que les MCs nous manquent, sauf quand l'un d'entre eux, à savoir l'impeccable Existereo, vient accompagner avantageusement notre latino préféré sur "Valiant".

Pire, les meilleurs passages sont dans l'ensemble des resucées de vieux titres de 2Mex, que vrais instruments et ambiance live dégradent plus qu'ils n'enrichissent. Ainsi de la nouvelle version de "Shades of Orange", pas aussi marquante que celle qui figurait il y a huit ans déjà sur l'excellent "Soulmates" de Nobody, et de "Falcon Gentle", l'un des meilleurs titres du très médiocre album éponyme de 2Mex. Curieusement, et toutes proportions gardées, tout cela me rappelle la sortie 30 ans trop tard du "Smile" des Beach Boys, sous le seul nom de Brian Wilson. Cet album tardif s'était montré pas mal. Pourtant, ce n'était pas le Grand Soir, ni la jouissance tant espérée. Comme l'avait dit un collègue de POPnews à l'époque, "Smile", c'était le plus grand fantasme du rock, et les fantasmes, c'est fait pour ne jamais être réalisés. Eh bien cet album de 2Mex, le plus chiadé qu'il ait jamais sorti, c'est un peu pareil. Au bout du compte, j'ai davantage envie de ressortir mes vieux disques du rappeur, ceux de ses groupes The Mind Clouders et Of Mexican Descent, ou le très imparfait B-Boys in Occupied Mexico, que ce "Suffer in Style" mi-figue mi-raisin.

Sylvain Bertot

Introlude
That Look
Call U Later
Before You Say No
Youth Is Getting Restless (feat. Phileano)
Valiant (feat. Existereo)
Know Turning Back
Beautiful Freak
Shades of Orange
You're not Talking to Me
New Wave Spazout
Falcon Gentle
Final Toos
Now a Word from our Sponsor

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals