Mark Perry (Alternative TV) : « Faire une chanson, c'est une sorte d’exorcisme » (4/4)

28/02/2019, par | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Beaucoup n'ont vu en Alternative TV qu’un groupe punk ’77 culte qui, après un petit succès (“Action Time Vision”), avait ouvert trop vite la voie au post-punk avec son deuxième album. Après une tentative ratée d'intégrer le mainstream (“Strange Kicks”), l’histoire aurait pu en rester là lorsque le guitariste Alex Fergusson décida de rejoindre Genesis P. Orridge pour former Psychic TV. Mais le leader d’Alternative TV (et ancien rédacteur en chef du mythique fanzine punk “Sniffin’ Glue”), Mark Perry, n’était pas du genre à abandonner. Il est ainsi devenu le secret le mieux gardé du punk, affirmant dans les quatre décennies qui ont suivi un talent d'auteur unique. Après une longue pause discographique, Alternative TV a sorti l’excellent “Opposing Forces” en 2015. Pour la promotion de son dernier EP, “Dark Places”, le groupe a donné à Londres un de ses rares concerts, avant, on espère, d’enregistrer un nouvel album l’an prochain. Ce fut pour nous l'occasion de nous entretenir longuement avec Mark Perry, dont la parole est particulièrement rare.

Lire la première partie.

Lire la deuxième partie.

Lire la troisième partie.


Quatrième partie : “Those lies you told, they won’t go away”

disc 8

Mark : La chanson ‘The Company of Lies’, “fut écrite parce que j’étais particulièrement en colère contre quelqu’un. Je n’ai pas l’habitude d’écrire des chansons sur des gens, au sens littéral. Des gens m’avaient fâché, ils ne voulaient pas me parler, et je pensais que c’était hypocrite. D’où la "compagnie des mensonges", ils restaient en présence de mensonges. Ils étaient en quelque sorte en train de se mentir à eux-mêmes, de s’aveugler, eux-mêmes. Et ma chanson était une réponse à cela. Je ne me souviens pas des paroles. Ce qui est bon dans cette chanson c’est le coup de la croix qui me tombe dessus, c’est très bon. Ça m’écrase et… qu’est-ce que ça fait? Ah oui, ces échardes sont comme des petites flèches qui me sucent le sang d’anciennes blessures. Oh, c’est une sacrée bonne chanson, ça, vous voyez, j’ai oublié.

Obtenir des explications de Mark sur ses vieilles chansons était parfois difficile. Heureusement, il était plus facile de discuter les morceaux du dernier album. “Beaucoup de chansons sur ‘Opposing Forces’ ont été écrites il y a quelques années déjà, et je notais des idées… Il me semble que ‘Winterlied’ vient du fait que je lisais quelque chose en rapport avec les Waffen SS. Je n’ai pas l’habitude de lire des ouvrages militaires, mais je lisais un truc sur les Waffen SS, l’armée allemande sur le front est, dans ce genre de… vous voyez l’hiver, ils mettent le camp, ils n’ont pas les bons habits. C’était tellement profond dans cette idée de camaraderie, bref… donc au travers de la chanson, j’ai essayé de le poser en terme de jeunes hommes qui se retrouvent dans cette situation et font face au fait de voir leur innocence disparaître par l’expérience qu’ils traversent. C’est pourquoi je lui ai donné un nom allemand; ce n’est absolument pas un hommage aux Waffen SS mais c’était l’idée de ces gens qui se retrouvent dans cette situation. Vous voyez le sang, le sang sur la neige dans les paroles…

Encore une fois les idées de la perte de l’innocence, du dégoût de soi restent palpables dans les textes de Mark. Toutefois nous ne savons pas vraiment pourquoi ces thèmes sont si récurrents. Quand je lui fais remarquer qu’à mes yeux ATV ne serait pas défini par ‘Action Time Vision’, mais plutôt ces 3 mots: ‘Dream, Lies, Tears’ (Rêve, Mensonges, Larmes) qui sont les plus récurrents dans les paroles, Mark est plutôt confus: “oh… c’est génial! Très belle recherche! (rire). C’est intéressant; je pense que ça fait sens, ces thèmes. Je ne peux pas vraiment en dire plus…. Je ne savais pas cela; vous m’apprenez quelque chose.
“Mais suis-je obsédé par le désespoir, les rêves perdus et tout ça? Je sais que ça peut sembler un peu fou à cause de la manière dont je suis, parce que vous savez, nous avons été déprimés et tout. La vie est pleine de défis, d’un point de vue psychologique, vous voyez quiconque avec des sentiments ou une sensibilité, va être défié par le monde autour, par les relations avec son conjoint, ses enfants ou ses parents. D’une manière, je crois, dès que vous en avez fait votre parti, dès vous avez compris cela, alors vous pouvez prendre en main votre vie. Je pense que si vous essayez de chasser cela… dire là “je suis content, je suis content” ça n’est pas vrai, et donc forcément ça se retourne contre vous. Mais je pense que depuis quelques années, j’ai accepté cela …

disc 9

Probablement au moment où la vie de Mark était chahutée, deux titres, enregistrés lors d’une session studio en 1991, sont à mon goût ce qu’il a réalisé de plus sensible. C’est le label de Chicago, Feel Good All Over, qui les a sortis en tant que 45t: ‘Best Wishes’ et ‘Purpose In My Life’. Ensuite, Mark passera trois ans à terminer un autre album, ‘My Life As A Child Star’ (1994) qui sortira alors à la fois au Royaume-Uni et aux US. L’album clôt une trilogie qui avait démarré par ‘Peep Show’ et avec laquelle Mark s’était concentré sur son écriture.
J’ai tout oublié au sujet de ‘Best Wishes’… On avait sorti un single, ouais, mais j’ai tout oublié sur cette chanson.
Après tout, ce n’est pas très surprenant que Mark ait oublié ces chansons, car après avoir été enregistrées, elles ont rarement été jouées en concert. Et ce soir, pour le concert, Mark s’excuse d’avoir un pupitre avec les paroles. Peut-être une manière de garder une distance avec ses dangereuses créations?



D’une manière, faire une chanson, faire de l’art, si vous voulez, est une sorte d’exorcisme. Si j’avais vécu ce qui se passe dans les chansons, je serai probablement mort. Donc, d’une certaine façon, ça exorcise les démons parce que j’ai vécu une vie plutôt normale, je veux dire quand je suis dans les Cornouailles, je suis plutôt un homme au foyer qui s’occupe des enfants: j’ai un fils de onze ans, et une fille de treize ans, je les prépare pour l’école, fait le dîner, je m’occupe des chats, leur donne à manger. Je fais ce qui est normal; je suis bon pour cela. Je ne suis pas un genre d’épave rock’n’roll. J’ai rencontré beaucoup de gens dans la musique qui ont vécu ce genre de vie; c’est vraiment n’importe quoi. Ils ne peuvent pas s’occuper d’un enfant, ni même d’un simple chat. Mais je suis plutôt normal dans cette mesure, et je crois qu’avec mon travail, mes chansons, vous vous retrouvez avec tout ce qui me sort de la poitrine. Je suis toujours une personne émotionnelle dans la vraie vie; j’ai une bonne relation avec ma femme. C’est notre relation mais ce n’est pas comme si je sombrais. C’est les chansons, je crois que c’est un exutoire pour tous ces sentiments vous voyez. Je veux dire, si je n’avais pas eu cela je me serais probablement tué. Je me serais suicidé si je n’avais pas eu cet exutoire vous savez. Parce que quelque chose comme, déjà même dans ‘Splitting In Two’, je veux dire quelqu’un qui souffre de ce dont parle cette chanson, c’est très réel; c’est l’histoire d’une personne qui souffre de dépression, qui se confronte à toutes ces choses. D’une manière, l’avoir mis dans cette chanson est un moyen… vous voyez ce que je veux dire… et ainsi on avance, et ainsi de suite… mais c’est comme ça pour moi. Et ça continue, vous savez, ça continue.

live 1

Mark Perry est en effet resté un individu normal… Alternative TV a toujours été pour lui un groupe sans prétention, et le voir blaguer avec ses musiciens, avant et pendant le concert, laisse à penser qu’il est encore le même qu’en 77. Donc, le mystère reste entier… est-ce que son audace l’a dépassé? Est-ce que Mark avait déjà réalisé la profondeur de ses observations sur la vie qu’il a partagées par ses chansons? “Je ne suis pas très bon pour expliquer mes chansons, expliquer mes paroles. Vous savez, l’inspiration vient mais c’est dur à expliquer. Vu la façon dont vous les voyez c’est très difficile de répondre à vos questions en rapport avec ce que je voulais dire par telle phrase ou telle ligne. Je ne veux pas être embarrassant, je ne sais tout simplement pas.”. Après tout, il est possible que Mark ait toujours été un auteur qui a trouvé son inspiration dans la simple observation, de sa propre vie ou bien de celle d’autres personnes comme Tony Stubbs. Et donc, n’a jamais eu l’occasion d’analyser ses écrits, et de constater la forme que son œuvre a prise au fil des ans.

The image has cracked

L’image se lézardera finalement quand je questionne Mark au sujet de ses démons à exorciser, et des barrières qu’il a rencontrées dans la vie qui n’est pas aussi simple qu’une chanson: “À bien des égards, je suis un lâche. Je ne fais pas face à la réalité parfois, ou cède à mes limites. C’est une manière de me mettre hors de ça, de faire un compromis. Nous faisons tous des compromis dans la mesure où l’on a peur de passer son seuil de tolérance, de faire face à nos démons ou quoi que ce soit. Je ne suis pas sûr que je l’aie déjà fait dans la vraie vie. Il y a plein de choses dans ma vie avec lesquelles je n’ai pas été honnête. Je veux dire on se ment à nous-mêmes tout le temps, n’est-ce pas? Je pense que je le fais, je ne sais pas en ce qui vous concerne, mais vous voyez c’est un moyen de manœuvrer socialement. Je pense que j’essaye de m’approcher au plus près, d’une certaine vérité encore une fois, comme je l’ai dit tout à l’heure, d’une sorte de réalité.
Et ces compromis semblent parfois s’être produits au sein de sa carrière: “Un de mes albums que je n’aime pas, c’est l’album ‘Revolution’. C’est en fait le seul album que j’ai réalisé que je n’aime vraiment pas. Je l’ai juste fait pour honorer un contrat avec Steve, à vrai dire. Il n’y a que trois morceaux que j’aime bien. L’un est ‘In Control’, c’est pas mal parce que ça parle de quelque chose qui est arrivé, donc c’est plutôt cool; ‘It’s Raining[une chanson au sujet de sa séparation avec Anno]; et l’autre bonne chanson sur cet album, en fait une très bonne chanson, c’est ‘On Your Knees’. Mais bon, je veux dire… ça ne peut être parfait!



Au milieu des années 90, un regain d’intérêt pour le punk encouragera nombre de groupes à se reformer (notamment les Sex Pistols), et alors qu’ATV était presque désintégré, Mark a saisi cette chance pour jouer dans de gros festivals avec des membres originaux. Alternative TV serait alors, pour les quelques années qui suivent, une entité à deux faces, avec d’un côté un line-up concert jouant les vieux titres des années 70 (qu’il n’avait plus joués depuis le début des années 80), et de l’autre Mark sortant deux albums audacieux presque conçus comme des disques solo: ‘Punk Life’ (1997) qui est une compilation de divers travaux; et ‘Apollo’ (1999) son album le plus ‘pop’ depuis ‘Strange Kicks’, avec de nombreuses influences et instrumentations allant de la ligne de basse funky, l’usage de violon ou de trompette, à l’utilisation de samples.

disc 10

Tandis que ces deux disques, et les concerts donnés à l'époque, avaient de quoi décevoir les punks purs et durs, l’album suivant, ‘Revolution’ (2001), a été produit pour capturer en studio le son live du groupe. La moitié de l’album est composé de nouvelles chansons, et l’autre de titres oubliés réenregistrés pour l’occasion. L’album aidera le groupe à poursuivre leurs tournées, allant même jusqu’à jouer au CBGB Club à New York pour la première fois. Pendant 10 ans ATV, continuera à jouer régulièrement dans diverses villes d’Angleterre: Londres, Brighton, Portsmouth, le Rebellion Festival de Blackpool, etc., et sortira des albums lives ou des rééditions.

disc 11

Enfin, la sortie en 2015 d’un album totalement neuf, ‘Opposing Forces’’ était totalement inattendue, et le groupe a remis ses forces créatives sur de bons rails. Dès lors, ATV s’est arrangé pour sortir quelque chose de nouveau, single ou EP, chaque année pour le Record Store Day. Mais c’est désormais leur vie de scène qui s’est réduite à peau de chagrin, se bornant à un seul concert par an.

disc 12


À l’heure actuelle, nous ne répétons pas beaucoup. Parce que j’habite en Cornouailles qui sont au fin fond de l’Angleterre… c’est le plus loin où l’on peut aller en Angleterre. Donc on ne répète pas beaucoup. Je pense que si nous jouions plus, et donnions plus de concerts, j’introduirais plus de synthés, samples électroniques, peut-être des instruments différents. Si nous jouions plus, je crois que nous serions plus aventureux avec nos choix d’instrumentation. Mais encore une fois, il y a quelque chose de positif à être contraint à ce que l’on a, c’est d’une certaine manière plus puissant. Par exemple, nous n’avons pas de deuxième guitare, je ne peux plus jouer de guitare. Ce que cela fait, hé bien cela met l’accent sur Clive en tant que guitare principale du groupe."

“When I finally say my last goodbye, my children will be all that’s left of me”

Et quand je lui demande s’il y a une chance qu’Alternative TV revienne jouer en France à l’avenir, Mark dit que c’est très peu probable : “La dernière fois que nous avons joué à Paris, c’était en ‘78 en première partie de John Cale” [qui au passage, signalons-le, n’a jamais produit Alternative TV contrairement à ce qui est rapporté par de nombreux articles] “Nous avons joué à Cannes en 2003. Mais je n’aime pas voyager, je n’aime pas prendre l’avion. Mon fils aîné et sa famille vivent en France, et je ne les vois jamais.

Et vos enfants, comment votre musique leur parle-t-elle? “C’est drôle, ils n’ont jamais été intéressés. Peut-être est-ce leur âge ou je ne sais quoi. Mes aînés, car j’ai aussi une fille plus âgée, ne sont vraiment pas intéressés. C’est difficile pour un adulte d’expliquer à ses enfants, et je pense que les enfants ne voient les choses que de façon binaire. Du genre si vous êtes chanteur ou dans un groupe, si vous n’êtes pas sur YouTube (bon, nous sommes sur YouTube, mais vous savez ce que j’entends par là), ils trouvent ça difficile… Je veux dire, même à un adulte, trouver une réponse à “quel genre de musique faites-vous ?” et tout ça bref. Mais ouais, ils n'en ont rien à faire. (rire)”

Une réponse étrange et triste, et il semble alors que Mark a encore de la route à faire pour traverser ses zones sombres. Cela reste un mystère qu’un auteur si talentueux avec un tel recul sur la vie ait eu si peu de reconnaissance, et peut-être une invitation à reconsidérer certaines de ses chansons, comme ‘Purpose In My Life’ qui évoque ses relations avec sa famille :

 

When I saw them both together
Tt was the most beautiful sight
To know that they came from me
Even though they’re now apart from me.

And when I look at my life
It’s as if the time is over
‘cause loneliness it rules around here
And I give in ‘cause I’m alone again.

Well maybe it’s just a passing feeling,
I’ll soon find a purpose to my life
‘cause I don’t think that I can’t stand it
To watch life and know that love pass me by.

Well, this is that has defined me
This self-destructive urge that moves my life
Please go away and leave me to find some love now
So I can live a better life
‘cause I got to find a purpose in my life
I say, I got to find a purpose in my life
I got to find now a purpose in my life
Quand je les ai vu tous les deux ensemble
C’était la plus belle vision
De savoir qu’ils venaient de moi
Bien qu’ils sont désormais séparés de moi.

Et quand je regarde ma vie
C’est comme si le temps était fini
Parce que la solitude règne autour
Et j’ai capitulé parce que je suis encore seul.

Bon, peut-être n’est-ce qu’un sentiment passager,
Je trouverais bientôt un sens à ma vie
Parce que je ne pense pas pouvoir le supporter
De voir la vie et de savoir que l’amour m’échappe.

Bon, c’est ce qui m’a défini
Cette pulsion auto-destructrice qui est mon moteur
S’il te plaît, va-t-en et cherche l’amour maintenant
Et donc je pourrais vivre une meilleure vie
Parce que je dois trouver un sens à ma vie
Je dis, je dois trouver un sens à ma vie
Je dois trouver maintenant un sens à ma vie

Philippe Guinot

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog