Olivier Rocabois – Ship of Women/Somewhere In a Nightmare

04/07/2019, par | Single |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Olivier Rocabois - Ship of Women/Somewhere In a Nightmare

Attention pub copinage, comme on le disait dans les marges de "Fluide Glacial" de la Grrrrrande Epoque numéro 2, celle de Blutch. On ne devrait certainement pas parler de la musique de ses petits collègues mais on peut y aller mollo avec la déontologie lorsque le jeu en vaut la chandelle Grand Siècle.

Pour ceux qui ont suivi les aventures d’All IF (en album ou en session, ici même), vous serez donc peu surpris de retrouver Olivier Rocabois, tel qu’en lui-même, sans le masque d’un quelconque alias.

On a déjà loué la faculté transformiste de Rocabois, capable de se draper dans les oripeaux des saints Paul, David, Neil ou même du peu orthodoxe Saint Wayne, le tout en une face de 45 tours ensoleillée comme une plage de garçons belle époque, ça s’appelle "Somewhere in a Nightmare" et c’est tout le contraire.

Le cauchemar, ou plutôt les angoisses, c’est un océan de cordes qui aurait pu (dû ?) se trouver sur les premiers Divine Comedy et qu’on trouvera sur la face B, "Ship of Women", valse farceuse : la folie et une tripotée de désirs inassouvis surmontés par un véritable esprit délirant et grandiloquent comme on les faisait bouillir au LSD il y a quelques décennies.

C’est fin, c’est finaud, outrancier comme il faut dans la démesure de la pop baroque, on peut dire également que c’est aussi flamboyant et troublant que la sexualité des oiseaux de paradis. Et dire que ça se passe en France, dans une indifférence quasi générale… Vite exportons tout ça, les rostbifs vont en être fous.

Avec l’aide de Johanna D., phantom of Paradise.

Acheter sur Amazon
  1. Ship of Women
  2. Somewhere In a Nightmare

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews