Phoebe Killdeer And The Short Straws - Interview

05/01/2011, par Benoit Crevits | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Comme à son habitude, la Nef d'Angoulême proposait il y a quelques semaines, une fort belle soirée. Outre celle qu'on ne présente plus tant sa discographie est d'une cohérence et d'une beauté évidentes, à savoir la grande Shannon Wright, la curiosité - l'une des multiples qualités POPnews n'est-ce pas - était ce soir-là du coté de la première partie de soirée. J'ai nommé, Mesdames, Messieurs, la tornade Phoebe Killdeer et son groupe The Short Straws. Phoebe Killdeer a déjà égrené les scènes de France et de Navarre, sorti un disque protéiforme audacieux et sincère et collaboré avec la fine fleur de la musique qu'on aime ici, à savoir Fitzcarraldo Sessions ou encore The Legendary Tigerman. Cette interview était surtout l'occasion de parler du prochain disque en pleine préparation et de rencontrer un groupe qui s'émancipe d'un certain maniérisme en allant vers l'émotion, la surprise. Rencontre avec Phoebe et Cédric guitariste à la gueule chichinesque.

Phoebe_Killdeer01

Luc Taramini, qui t'a interviewé il y a maintenant plus de deux ans disait "On croit avoir affaire à une rockeuse et l'on découvre une swingueuse". Or ce soir, après avoir vu ton concert, je dirais à peu près tout le contraire... Je m'attendais après avoir écouté le disque à quelque chose de plus nuancé. Or, ce soir, ta prestation a été très directe, très rock. Cela augure t-il un prochain disque moins mâtiné, plus brut ?
Phoebe : Sur le premier album qui a été réalisé il y a maintenant trois ans et demi, j'ai présenté des titres dont certains ont été écrits il y a plus de dix ans. Durant cette période, j'ai été influencée par une multitude de genres musicaux et lorsque The Short Straws s'est constitué, ils ont mis aussi leur patte à cet enchevêtrement de compositions très disparates pour en faire quelque chose de plus homogène. Marc Collin et moi avions écrit les chansons de manière plus orchestrée avec des cuivres, des cordes. Les Short Straws en s'appropriant les chansons les ont en effet amenées vers quelque chose de plus rock. C'était aussi une question de nécessité. De ce fait, le prochain album sera sans doute plus rock. On l'a enregistré la semaine dernière et on le mixe la semaine prochaine. Il sera, c'est sûr, plus brut que le premier. J'aime aussi l'idée du "short album".

Le travail en studio s'est bien passé ?
Cédric : Phoebe a appris à ne plus être perfectionniste. A la surprise générale, Phoebe a fait des chants extrêmement rapidement sans faire 200 prises juste 1 ou 2, et sur bande magnétique faut le savoir. Il n'y a plus d'ordinateur du tout ! On y a laissé toutes les faussetés.

En parlant de la scène, tu tiens un rôle à double facette à la Docteur Jekyll et Mister Hyde. Tu es capable d'être très froide telle une veuve noire puis sur la chanson d'après avec tes mimiques tu pars dans le clownesque.
Phoebe : Oui c'est assez naturel chez moi. Sur le plan scénique, on se connaît mieux donc de fait, tout est plus facile. On n'a plus besoin de se regarder, tout vient assez naturellement.
Cédric : Phoebe est une personne d'une sensibilité extrême et comme toute personne extrême, Phoebe taquine l'extrême...

Les chansons de ce soir sonnaient, très sixties, très rock classique. C'est un retour aux sources ? Y a t-il de nouvelles influences ?
Phoebe : Je pense que le fait de tourner "as a rock band" bass, guitare, drums, vocal nous a effectivement inspirés. Nous aimons bien l'idée de garder l'essentiel.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals