Rodrigo y Gabriela - 11:11

19/11/2009, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

RODRIGO Y GABRIELA - 11:11
(Warner) [site] - acheter ce disque

RODRIGO Y GABRIELA - 11:11Le Mexique, c'est sympa. Enfin, j'imagine, je n'y suis jamais allé, et il paraît qu'il y a un virus qui traîne là-bas. Fort heureusement, il semblerait que celui-ci ait épargné Rodrigo Sanchez et Gabriela Quintero, qui forment le duo guitaristique de Rodrigo y Gabriela (ça sent le brainstorming, pour trouver le nom du groupe). Le duo s'est fait la main dans les rues en... Irlande (Dublin, plus précisément, où ils font d'ailleurs fabriquer sur mesure leurs guitares), et a longtemps souffert d'un classement difficile de sa musique. C'est bien simple, la dernière fois, j'ai cherché un de leurs disques dans les rayons d'une grande enseigne de produits culturels, et il devait être bien caché. Souvent acoquinés avec la scène metal, le groupe ne joue pourtant (presque) que sur des guitares... acoustiques.

Mais ces liens ne sont pas simplement ceux de leur rencontre (ils jouaient ensemble dans un groupe de trash-metal mexicain), mais se ressentent dans leur façon de jouer, à la fois d'une dextérité incroyable mais aussi très agressive et percussive. Les rôles sont bien répartis : à Gabriela d'assurer la locomotive rythmique, en maltraitant ses cordes à grande vitesse quand elle ne tape pas avec sa main / ses doigts sur la caisse de sa guitare, pendant que Rodrigo s'occupe des parties plus individuelles, pour ne pas dire des soli. Ca y est, le mot est lâché : solo (accordé au pluriel, à POPnews, on respecte même les langues mortes). Et oui, "11:11" est une disque comme on en voit finalement très peu : c'est un disque de prouesses. Prouesses techniques, bien évidemment : nos deux duettistes sont sidérants de rapidité et de précision, et on sent toute l'influence qu'a eu le fait de s'exercer dans la rue, dans un pays étranger de surcroît. Il y a une patte, une touche Rodrigo y Gabriela, cette façon de passer de la subtilité et de rythmes hispaniques à des accès de férocité, qui se matérialisent par un son moins rond, plus "méchant". Mais aussi, prouesses mélodiques : la complexité des chansons, leur faculté à construire des morceaux en plusieurs phases bien distinctes rendent le disque très prenant, et contourne l'écueil que pourrait constituer la formule "2 guitares acoustiques + jeu supersonique".

Construit en hommages à des musiciens qu'ils admirent (connus ou moins connus), le premier constat est que les influences ne sont pas toujours très marquantes. Mais qu'importe ! Ce sont autant de perles qui s'enchaînent, avec en introduction "Hanuman", hyper agressif et qui rappelle les bases de la musique de Rodrigo y Gabriela, et fait écho à "Tamacun", leur plus grand "tube" à ce jour. "Buster Voodoo" est lui un hommage à Jimi Hendrix, très blues et dont le duo entre rythmique très percussive et solo très léger marche terriblement bien. Et première pour le groupe, d'ailleurs : le groupe a ajouté à son arsenal de pédales et guitares acoustiques d'autres instruments, sitar, oud et guitare électrique ! Si "Triveni" est assurément le plus beau titre du disque, avec les percussions de Gabriela sur la caisse de sa guitare et son break qui évoque bien volontiers les plages d'Acapulco, le reste du disque est d'excellente facture. "Santo Domingo" prouve une fois de plus l'efficacité et la complicité des deux musiciens et renoue avec le côté incandescent laissé de côté par "Logos", plus posé. "Master Maqui", inspiré par Paco de Lucia, rappelle quant à lui les origines hispaniques du duo, avec ses teintes chaudes. Malgré un semblant de redite sur quelques morceaux à la fin, les onze titres se tiennent parfaitement ensemble. Le duo renoue même avec ses origines metal sur "Atman", avec la présence d'Alex Skolnick (guitariste de Testament, groupe de chevelus), avant de clore l'album sur "11:11", hommage à Pink Floyd, mais surtout très fin (avec la présence d'un piano), apportant ainsi une dernière touche parfaite à ce disque magnifique, qui échappe (encore) à toute classification.

Mickaël Choisi

acheter ce disque

Hanuman
Buster Voodoo
Triveni
Logos
Santo Domingo
Master Maqui
Savitri
Hora Zero
Chac Mool
Atman
11:11

 

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews