Singles - Lake Placid, The Ethnobabes, Interpol

24/09/2003, par Guillaume Sautereau | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SINGLES par Guillaume

LAKE PLACID - Go Go GraspsLAKE PLACID - Go Go Grasp
(Friend Records)
Cela faisait un petit moment que j'avais envie de vous parler de ce groupe danois, je lambine, et c'est peut-être tant mieux en fait, cela permet de constater que ces quatre petits titres sans prétention tiennent admirablement la route sur la longueur, voire collent au cerveau sans faire de manière ("My Machine", "Fashion", "Discobeat", "Bochum USA"... les quatre titres en fait, allez, surtout "Discobeat"). Lake Placid, c'est de la pop sucrée sans excès de sucre, des petites mélodies addictives et intelligentes balancées sur une poignée de beats simplistes mais irrésistibles par la voix suave de Tania Kristin Ballentine (qu'on imaginera facilement jolie, pas de chance, elle l'est). Anodin et inusable, donc essentiel.

THE ETHNOBABES -Thoughts on BarbecuingTHE ETHNOBABES -Thoughts on Barbecuing
(Perfect Pop Records)
Un peu moins roués et un peu plus nordiques encore, les Ethnobabes (6 ans d'activité et ils n'ont toujours pas changé de nom) balancent leurs succulentes mélodies printanières sans se poser de questions. Le propos est naïf, en témoigne le titre du ep, flirte avec le bébête (assumé) mais conserve un charme et une fraîcheur salvateurs. Il suffit pour cela de quelques arpèges de guitares, de mélodies en or et de la voix d'Eivor (qu'on imaginera volontiers jolie, pas de chance, on n'arrive pas trop à savoir si elle l'est d'après les photos du site web du label). Malgré la forme un peu convenue et, pour le coup, l'excès de sucre bien présent, ça fait du bien par où ça passe (surtout si on a trop écouté Interpol au cours des deux dernières années).

INTERPOL - The Black EPINTERPOL - The Black EP
(Labels)
Rubrique fond de tiroir avec Interpol et ce EP six titres... mais laissons la parole à l'autocollant apposé sur le boîtier, qui, en plus de nous préciser qu'on ne pourra pas copier ce CD, nous annonce triomphalement "un mini album [...] six titres dont cinq inédits". Désignons tout d'abord à la vindicte populaire le vilain petit canard de titre non inédit : il s'agit du "Say Hello To Angels", tiré de l'album, qui évoque toujours autant "This Charming Man" des Smiths. Quant au reste, l'honnêteté aurait voulu que soit précisé qu'en fait de titres inédits, il s'agissait plutôt de versions inédites de morceaux connus par coeur. Une vieille démo de "NYC" peine à faire office de Saint Graal. Et si les quatre titres tirés de la Black Session d'août 2002, dont le mastering déficient doit donner des envies de grèves vengeresses aux techniciens du Studio 105 valent aux new-yorkais de rejoindre le petit cercle d'artistes ayant vu leur prestation chez Lenoir disponible dans le commerce, ils n'apportent rien de nouveau par ailleurs, le titre le plus "rare", "Specialist", n'étant jamais qu'extrait du premier EP du groupe pour Matador l'an dernier. C'est toujours pas mal, efficace voire prenant dans certains cas, mais la conclusion est facile : la nécessité de sortir du vraiment neuf devient pressante. "Et si on sortait un EP de remix ?", répondit l'autocollant...

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals