Singles - Eugene Kelly, Arman Méliès, David Hurn

08/10/2003, par Guillaume Sautereau | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SINGLES par Guillaume

EUGENE KELLY - Older FasterEUGENE KELLY - Older Faster
(Geographic / Chronowax)
Bon candidat au titre du meilleur songwriter inconnu dont tout le monde connaît au moins une chanson ("Jesus Don't Want Me For A Sunbeam" des Vaselines, repris par Nirvana sur le "Unplugged in New York", c'était lui), le cultissime écossais n'en continue pas moins son petit bonhomme de chemin et signe ce ep quatre titres pour la première fois sous son propre nom sur le label des copains Pastels. Quatre morceaux boisés, écriture folk classique et tranquille, à la mélancolie poignante, de la qualité, mon ami, même si autrement moins palpitant et essentiel que les productions passées du garçon. Un titre sort du lot, "I Done Something Wrong", mais le reste n'est pas mal non plus.

ARMAN MÉLIÈS - Le long train lent et les beaux imbécilesARMAN MÉLIÈS - Le long train lent et les beaux imbéciles
(Bizarre K7) - [site]
Folk toujours, mais tous feux (de camp) éteints cette fois, avec Arman Méliès. Sous cette identité lunaire se cache Jan, chanteur chez eNola (et chroniqueur chez POPnews, avouons-le tout net) et l'on retrouve d'ailleurs sur ce court sept titres ce qui fait la grande force de son groupe par rapport à la concurrence dans le genre, à savoir les textes (au passage, c'est aussi la grande force des chroniques de Jan pour POPnews). Textes en français, qui évitent les lieux communs mais retombent toujours sur leurs pattes, à la mélancolie élégante et au lyrisme contenu, chantés d'une voix douce et lisse, peut-être parfois un peu trop. Les deux premiers titres, accrocheurs et sans facilités, pourraient encore être affinés, surtout à l'aune de l'équilibre atteint sur les suivants, et notamment "En Face" et ses guitares acoustiques qui s'entremêlent au dessus d'une batterie toute en finesse. Un long train lent qu'on regardera passer, imbéciles sans doute, beaux peut-être, mais en tout cas heureux. Très prometteur.

DAVID HURN - No Love E.P.DAVID HURN - No Love E.P.
(Fire Records)
Folk encore ? L'ombre de Mark Eitzel plane sur ce EP cinq titres qui sort en prélude à un nouvel album. Outre une relative ressemblance vocale, on retrouve aussi la même façon de faire passer en force des mélodies qui paraîtraient quelconques dans la bouche du premier venu, de les draper d'une mélancolie poisseuse et résignée. Cela dit, "No Love" a belle allure, belle plainte d'une évidence assez limpide, menée sur une rythmique presque guillerette. Une reprise d'un titre de Faron Young popularisé par Elvis l'absout de cette comparaison à laquelle il est difficile d'échapper une fois qu'on l'a en tête et lui permet d'aller chercher des noises à Richard Hawley. Pour un peu on se croirait au Bal des Sirènes de "Retour Vers Le Futur". Puis au Borderline, Londres en 1991 avec la version live dépouillée de "Ballad for a Lost Cause" et celle, ralentie et vraiment cafardeuse, de "No Love".

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews