Tarwater - The Needle Was Traveling

album de la semaine du 16/03/2005, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

TARWATER - The Needle Was Traveling
(Morr Music / AM Distribution) - acheter ce disque

TARWATER - The Needle was Traveling

Passés de Kitty-Yo à Morr Music, moins par volonté de rupture que par désir de chercher ailleurs où va sa musique, le duo berlinois Tarwater propose avec "The Needle Was Traveling" une solution de continuité élégante à ses travaux antérieurs, une sorte de concentré synthétique des différentes tendances qu'il a pu explorer sur ses derniers albums. Ainsi, renouant avec les constructions pop de "Animals, Suns & Atoms" sans délaisser les recherches sonores qui l'ont fait connaître à l'époque de "Silur", il fait alterner chansons et instrumentaux, en un dialogue où les qualités attendues dans chaque “genre” apparaissent discrètement dans l'autre. La voix de Ronald Lippok assure toujours, de sa régularité de métronome, le balancier rythmique de compositions dont les détails mélodiques apparaissent ailleurs, dans les parties de guitare ou les explorations électroniques. En retour, les instrumentaux, peut-être plus que par le passé, sont attachés à la recherche d'une forme lisible, fondée davantage sur des jeux d'harmonie et de couleurs que sur la répétition et la traque du matériau sonore inédit.

De fait, ce qui frappe d'emblée et distingue le disque des essais antérieurs, c'est la richesse de l'instrumentation, la prolifération des détails : outre la guitare, la basse et les bleeps habituels, la musique s'enrichit de l'appoint subtil de samples inattendus (des cuivres un peu partout), d'instruments classiques (violon, contrebasse et trombone sur l'énigmatique "Yeah", perdu quelque part entre le jazz ambient et la musique contemporaine). Le travail de la matière électronique est lui-même particulièrement varié, entre synthés vintage, percussions diverses, délicatesses mélodiques, motifs concrets ou abstraits incongrus. Par ailleurs, de petites références à la musique du début des années 80 émaillent le disque (des claps électro comme sortis du "Big Science"de Laurie Anderson sur "All That", une reprise de Minimal Compact, "Babylonian Tower", des ambiances à la Tuxedomoon) moins comme éléments décoratifs que comme parties constitutives d'une riche mémoire musicale.

Le disque a vraiment toutes les qualités pour rassembler ceux qui ont, un jour ou l'autre, été saisis, charmés, ou seulement intrigués par la musique du groupe (à ceux-là, on recommande d'oser enfin la rencontre) : sur "The Needle was Traveling", Tarwater franchit sans doute une étape supplémentaire de maturation artistique, dans un mélange de générosité, de maîtrise et de subtilité qui laisse assez admiratif. Danke vielmals.

david

Across the Dial
Stone
Seven of Nine
Entry
Babylonian Tower
TV Blood
The People
All That
Jackie
Yeah
In a Single Place
90 Days
Unseen in the Disco
Home Tonight


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews