Tom Vek - We Have Sound

04/07/2005, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

TOM VEK - We Have Sound
(Go Beat!) [site] - acheter ce disque

TOM VEK - We Have SoundA écouter les premiers morceaux de "We Have Sound", album de mise sur orbite de la jeune carrière de Tom Vek, Londonien versé dans l'electro-punk versant funky (basses et rythmiques de circonstance), on se dit que l'air du temps s'est durablement calé sur la case "eighties naissantes", et l'on est bien en peine de savoir si l'inspiration du jeune homme est d'origine (des réminiscences d'ESG ou des Talking Heads) ou plutôt médiatisée par des références récentes (sa bio cite des références aussi disparates que Pearl Jam, le label Warp ou Soul Coughing, et on a du mal à y croire).
Mais qu'importe, car - bien lui en prend - le jeune homme ne joue pas exactement dans la cour des néo-puristes (tendance Interpol) ou des machines à tubes estampillées bon goût bon groove (tendance Franz Ferdinand). On a plutôt affaire, en l'occurrence, à un agité du bocal, habile à triturer les sons, à perturber ses bases rythmiques par des bricolages électro, à déjouer le sérieux par une ironie souvent proche du non-sense ("If You Want"). Vocalement, ça déconne pas mal aussi, entre le crooner gothique et les aigus funky ("If I Had Changed my Mind"), avec par ailleurs juste ce qu'il faut de haché punk pour surfer sur les scansions rythmiques . Musicalement, cela part aussi parfois à travers champs, dans des compositions qui oublient les supposées références eighties pour tenter d'improbables rencontres (le mélange du bricolage funk à la Beck et de la nonchalance grise de Swell sur "The Lower the Sun" par exemple). Bref, un album plutôt varié, qui a tantôt la bonne idée de dégoupiller le morceau imparable ("I Aint Saying my Goodbyes"), mais qui, la plupart du temps, s'essaie à des choses qui sont à la frontière du bon et du mauvais goût (les choeurs de "A Little Word in your Ear", la batterie envahissante de "C-C", etc.), de l'évident et de l'expérimental ("C-C" encore ou "Cover"). Ce doit être le privilège de la jeunesse et de sa supposée insouciance que de ne pas trop s'embarrasser d'ego, de sérieux, d'introspection. Puisse Tom Vek garder cet état d'esprit au-delà de l'éventuel succès que pourrait lui apporter le disque.

David

C-C (You Set the Fire in Me)
I Aint Saying my Goodbyes
If You Want
A Little Word in your Ear
If I Had Changed my Mind
The Lower the Sun
Cover
Nothing but Green Lights
On the Road
That Can Be Arranged


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews