Tram - Interview

08/04/2001, par Guillaume Sautereau | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Vous venez de Londres, mais vos disques évoquent à leurs auditeurs des artistes américains comme Spain, Low ou Galaxie 500. Est-ce une influence consciente ? Quels sont les groupes qui attirent votre attention à l'heure actuelle ?

Godspeed You Black Emperor, Yo La Tengo, Lambchop, Calexico, Low, Spain pour en citer quelques uns. Nous ne faisons pas d'effort conscient pour sonner comme ces groupes, mais ils constituent sans aucun doute une influence.

Votre premier disque, malgré des chroniques enthousiastes ici, était très dur à trouver en France. Avez-vous trouvé cela frustrant ?
Oui, c'est frustrant, Piao n'était pas bien distribué en France, mais Setanta a un bien meilleur réseau de distribution et les choses ont l'air d'être bien plus prometteuses. J'étais à Paris il y a peu pour des interviews et des sessions acoustiques, et j'ai été surpris de l'accueil de la presse pour notre premier album. Nous allons jouer à Paris en mai.

TRAM by Maud Larson

Vous avez participé à un récent album hommage à Tim Buckley… est-ce un artiste important pour vous ?
Je n'avais aucun album de Tim Buckley avant d'enregistrer la reprise de " Once I was ", mais j'ai réellement commencé à me passionner pour lui une fois que j'ai écouté ses albums. J'aime particulièrement son travail live.

Pourquoi as-tu choisi "Once I Was" ?
Je l'ai aimé instantanément, mais aussi parce que j'ai senti que je pouvais la faire sonner comme une chanson de Tram si je la réarrangeais. C'est la première reprise que j'ai enregistrée, et comme cela m'a bien plu, je pense que si l'occasion se représentait, je la saisirais, pourvu que je respecte l'artiste dont il est question. Pour ce qui est de Tim Buckley, je ne pense que j'ai quelque chose en particulier de commun avec les autres groupes présents sur l'album.

Peux-tu nous parler un peu de tes paroles ? D'où vient ton inspiration ?
Tout ce que j'écris provient de mon expérience personnelle. Beaucoup de gens supposent que le sujet en est simplement l'amour perdu ou mes relations personnelles. Ce n'est pas toujours le cas, certaines sont écrites davantage du point de vue de quelqu'un qui observe la façon dont les autres se comportent. La tristesse est là, mais c'est une belle tristesse.

Tu chantes sur le prochain album des italiens de Giardini Di Miro. Comment es-tu rentré en contact avec eux ?
Ils m'ont contacté car je suis ami avec les Yuppie Flu, qui sont sur le même label (Homesleep, NdlR). En fait, je ne les ai jamais rencontrés ! Ils m’ont envoyé un instrumental sur un CD et j’ai écrit la mélodie et les paroles. J’ai rentré leur CD dans mon ordinateur, ajouté le chant, et je leur ai renvoyé. Ils l’ont mixé en Italie. Ils ont décidé de mettre un peu moins d’écho sur ma voix qu’il y en a d’habitude. Ca sonne quand même comme de la glace…

J'ai entendu des chansons de Tram sur deux compilations : l'une espagnole, l'autre italienne (toujours Homesleep), comment ces chansons sont elles arrivées là ?
La participation à la compilation espagnole a été arrangée par Piao ! et la seconde est le résultat de notre relation privilégiée avec Daniele (du label Homesleep) et Yuppie Flu. Nous avons fait quatre dates en Italie avec Yuppie Flu pour la sortie de "Heavy Black Frame".

Est-ce que tu as une petite idée de la direction dans laquelle Tram pourrait aller dans le futur ?
Nous prévoyons de faire une tournée en Angleterre assez vite, puis quelques dates en Europe et sans doute quelques festivals. Nous sortirons probablement un EP durant l'été, et essaierons d'avoir un troisième album prêt à sortir l’an prochain à la même date.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews