Vandaveer - Grace and Speed

24/07/2008, par David Vertessen | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

VANDAVEER - Grace And Speed
(Alter K / Discograph) [site] - acheter ce disque

VANDAVEER - Grace And SpeedMark Charles alias Vandaveer est la nouvelle étoile montante du moment, et il y a fort à penser que ce premier opus pourrait bien le porter au pinacle de ses desseins les plus fous. Impossible n'est pas Vandaveer. D'ailleurs, il n'y a qu'à regarder le dos de la pochette pour apercevoir le félibre, guitare au dos, appontant sur la lune (peut-être pour y faire un "moonwalk" au sens propre, qui sait ?) à l'aide d'une simple échelle de corde qu'il a certainement confectionnée de ses mains lors de ses innombrables nuits blanches passées à ruminer de foisonnants projets fantasques.

Alors que beaucoup se contentent de tirer des plans sur la comète les yeux rivés au sol, Vandaveer, lui, cristallise ses aspirations, et embrasse à bras-le-corps ce que d'aucuns classent, de coutume, dans le tiroir scellé de l'enfance. S'il faut, pour décrocher la timbale, arpenter les gares, instruments au dos, qu'à cela ne tienne, ce n'est pas un problème pour notre aventurier. "La vie tue" déclare-t-il, plein d'humour, quand on lui demande ses impressions sur la vie de saltimbanque qu'il mène lors des tournées ; "mais les chansons ne prennent vie que lorsqu'elles sont jouées devant un public", s'empresse-t-il d'ajouter pour bien faire comprendre que le jeu en vaut la chandelle. "Rien de pire que d'être ignoré"... Ne crains rien, petite étoile, nul doute que tu as déjà conquis un large public qui n'est pas prêt d'oublier l'effet salutaire laissé par ton passage. Drôle d'hybridome que voilà tout de même : prenez un fan de "Billie Jean" (Michael Jackson) et de Madonna (surtout dans les années 80), ajoutez-y une bonne dose de Beatles ("Roman Candle" aurait pu être composé par les mythiques Anglais), assaisonnez le tout d'un nuage de Dylan (Bob) et de Drake (Nick), et vous obtenez... eh bien quelqu'un qui ne renie pas ses origines et qui s'est construit un univers riche et multicolore dont la saveur truculente ("The Streets Is Full of Creeps" en est un bel exemple et me fait, soit dit en passant, penser à Cake) trouve sa source à la croisée du folk et de l'americana. Pour ce qui est de la voix et de l'efficacité immédiate des mélodies, je ne peux m'empêcher d'associer notre Américain (ah oui, Vandaveer n'est pas belge) à son compatriote Jack Johnson (en plus, ça se tient : Jack Johnson - John = Jackson ; il reste John auquel j'ajoute un zeste de Lennon, et voilà, cqfd). "Marianne, You've Done It Now...", "Out Past the Moat", "Crooked Mast", ou encore "Different Cities" illustrent fort bien la filiation entre les deux hommes, bien que j'aie une nette préférence pour la folie douce de Vandaveer, ses chœurs badins et ses incartades ludiques (boîte à rythmes, cymbales tamponnées façon cirque, percussions aux balais, interventions jazzy d'une géniale clarinette…). Tiens, vous ai-je dit que le violon d'Ingres de Mark, c'est la basse ? C'est l'instrument qu'il comprend le mieux dit-il. A la manière dont il joue de la guitare sur le très vénitien (pour le grattage façon mandoline) "2nd Best", je suis tout disposé à le croire. Comment conclure mieux qu'en me référant au titre de l'album ? la musique de Vandaveer est gracieuse et immédiate.

La prochaine fois, je commence par là.

David Vertessen

However Many Takes It Takes
Marianne, You've Done It Now…
Grace & Speed
The Streets Is Full of Creeps
Out Past the Moat
Crooked Mast
Different Cities
2nd Best
Parasites & Ghosts
Roman Candle

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals