Yo La Tengo comme dans leur salon (ou le nôtre)

05/06/2009, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Ils ont appelé cette tournée "The Freewheeling Yo La Tengo", en clin d'oeil à Dylan, comme nous l'annoncions il y a quelques semaines. Des concerts hors promo (le nouvel album, "Popular Songs", ne sort que le 8 septembre), unplugged ou presque, avec un matériel minimal ; pas de setlist établie à l'avance ; et la possibilité pour le public de poser des questions, sérieuses ou saugrenues, entre les morceaux. De quoi casser un peu la routine après 25 ans de carrière (un peu moins pour le bassiste James McNew, arrivé en 1992) pour ce trio majeur de l'indie-rock américain. Mais il y a aussi de quoi frustrer leurs fans, qui généralement apprécient autant le folk tendre de "Fakebook" que les longues dérives noisy de "May I Sing with Me?", pour ne citer que deux albums de leur copieuse discographie. Hier soir, à l'Alhambra à Paris, on n'eut donc droit qu'à la première option, façon "Rock'n'Roll with The Modern Lovers", même si Ira Kaplan ne put s'empêcher, à de rares moments, d'envoyer un peu de feedback sur sa guitare électro-acoustique. On était loin du boucan offert la veille à la télé dans "Ce soir (ou jamais !)", face à Paul Virilio et à un aréopage de heideggeriens. Assez casse-gueule, l'exercice des questions-réponses fonctionna plutôt bien, même si du balcon, faute d'un micro baladeur pour les spectateurs, on n'entendait souvent que les réponses de Georgia, Ira et James. Beaucoup de questions portaient sur les mystérieux titres de leurs morceaux: pourquoi "Season of the Shark", "Moby Octopad", "Blue Line Swinger", "Let's Save Tony Orlando's House" ou "Tom Courtenay" ? Avec beaucoup d'humour, les trois de Hoboken citent leurs références ou délivrent de savoureuses anecdotes, enchaînant souvent par le morceau en question. Au programme, comme toujours, pas mal de reprises (classiques ou pépites plus obscures), quelques incontournables de la discographie de Yo La Tengo (extraits notamment de "I Can Hear the Heart Beating as One"), un peu de l'album précédent, l'excellent "I Am Not Afraid of You..." et une poignée d'extraits du prochain, très prometteur. Une bien belle soirée, presque entre amis, où ne manquait qu'un feu de bois.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews