Andrew Sweeny - Monotone

08/11/2005, par Jean-Charles Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ANDREW SWEENY - Monotone
(Travelling Music )

ANDREW SWEENY - MonotoneComment faire de la monotonie un atout esthétique ? C'est l'improbable pari que s'est fixé Andrew Sweeny en titrant ainsi, audacieuse coquetterie, son disque, ou peut-être mieux, en construisant son album autour de ce concept, a priori négatif. A priori seulement, car le jeune Canadien parvient à magnifier l'idée d'une régularité répétitive et à l'associer à autre chose qu'à l'ennui. C'est à l'incessante pluie sur les toits parisiens, aux trains de banlieue qui arrivent Gare St Lazare, aux masses d'êtres humains qui s'entassent dans les métros, au travail, au sexe, au temps, que pense le songwriter, comme il le précise dans les notes du livret. Et c'est un peu tout cela qui émane du folk hypnotique qu'il propose. Derrière la voix grave de Sweeny, les boucles de fingerpicking et les brumes de piano, on aperçoit la silhouette mystique et vaporeuse d'un auteur aux vers aussi énigmatiques qu'évocateurs, aux refrains qui sonnent parfois comme des visions d'un prédicateur incompris ou d'un poète maudit. Cette propension aux mystères réveille le souvenir flou de Nick Drake, pas tant pour la musique elle-même que pour les atmosphères qui s'en dégagent. Car c'est là la grande force de ce disque, dont les chansons, hantées par les lieux et leur pouvoir suggestif, et par la grisaille magnifique de Paris en première instance, ont cette capacité à bâtir quelque chose de flottant et de tangible à la fois, "Hanging in the Air" comme le chante lui-même Sweeny. S'il parvient à fixer en quelques morceaux tout ce qui fait l'inexplicable beauté de l'hiver, en figeant dans une sorte d'intemporalité sa noire profondeur, à renfort de lenteur et de répétition, comme pour transcender le "monotone", le disque n'en est pas sombre pour autant. Hivernal et froid, il l'est certainement mais c'est sans doute au plus profond de l'hiver que la chaleur est la plus caressante. De même, cet album dévoile lentement son intimité, son souffle familier et rassurant finit par envoûter totalement, jusqu'à devenir le compagnon idéal des longs mois à venir. Plus qu'à espérer que l'hiver soit à la hauteur du disque.

Jean-Charles Dufeu

Blind River Seine
Tilting Bridges
Pilgrim
Night is Calm
Black Square
Correze
Sea of Japan
Hanging in the Air
Don't Fly
Everyone's Dreaming
Sailing Ship
Vanishing





 


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog