Be My Weapon - March/2009

album de la semaine du 08/07/2009, par Judicaël Dacosta | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

BE MY WEAPON - March/2009
(Talitres / Differ-Ant) [site] - acheter ce disque

BE MY WEAPON - March/2009David Freel faisait parti de Swell, puis est devenu Swell. Désormais, il est aussi Be My Weapon. Non content d'être souvent cité par des groupes tels que Grandaddy ou Lambchop, et étant fréquemment vu comme le parrain du rock alternatif américain, il assume aujourd'hui complètement son projet en prenant un nouveau nom de scène, et en s'adjoignant les services du batteur Ron Burns. Les deux hommes partirent ainsi enregistrer dans les montagnes de l'Oregon et en Californie. Dix titres âpres et désenchantés sont couchés sur ce nouvel opus et l'on reconnaît vite la manière de monsieur Freel. La tonalité de cet album n'est pas plus enjouée que les précédents. Seulement, même aux abords de l'été, cela ne va pas trop nous désorienter, car plus que jamais les compositions sont maîtrisées. Les riffs évidents et répétitifs participent à l'hypnose. "Come Livid" avec sa guitare électrique identique sur la longueur du morceau, qui se perd dans une reverb en forme de fade out ou "I Miss Your Mischief", fabuleux morceau emmené par une guitare acoustique et sublimé par une batterie aérienne, qui suit plutôt qu'elle n'est suivie.

Mais c'est avec "Love Is Just So Overrated" qu'on se persuade que cet homme est un génie, et que son album est d'une terrible honnêteté. Car quand il chante "No Drug", cela a plus de sens que la simple existence de bon nombre de groupes. Lui qui connut les trips au LSD et le désespoir qu'ils engendrèrent chez lui. Alors on finit forcément par se poser des questions. Quand on sait que "March/2009" sort aux Etats-Unis sur le label personnel de David Freel, Psycho Specific Music, et qu'il n'est défendu en Europe que par Talitres, pour la France, on se demande où chercher un peu d'espoir. Et puis, sur la dernière piste de l'album, "The Last Song", notre chanteur survivant glisse juste quatre petites phrases et nous laisse, pendant plusieurs années peut-être, y réfléchir inlassablement. "It's how these things work, it's how they run, it's what we do, it's what we know...". Puisque c'est ainsi, attendons simplement que l'hypnose agisse pour nous aussi.

Judicaël

Come Livid
I Missed Your Mischief
Bad Bad Bad
All Were After
Are You Sure?
Love Is Just So Overrated
Focus Please...
The Exits
Things I Should Not Do
The Last Song


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals