Chevreuil - Capoeïra

20/06/2006, par Fred Tuc | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

CHEVREUIL - Capoeïra
(Ruminance / PIAS) - acheter ce disque

CHEVREUIL - CapoeïraLes frères tape-dur sont de retour. Après "Sport", "Ghetto Blaster" et le dernier "Chateauvallon", dans la lignée de "Ghetto Blaster" mais cependant un peu moins brut de décoffrage, le duo français continue de tracer sa route en marge de tous les courants, n'écoutant que son radicalisme bienvenu. Il nous avait habitué aux boucles, aux rythmiques concassées et aux superpositions mélodiques, cela ne varie guère. Les instruments sont toujours aussi malmenés dans ce free-ballet et tous se courent après, se dépassent et se rattrapent dans une danse frénétique.
L'une des nouveauté sur "Capoeïra" vient d'une subtile tendance à arrondir les angles : sans que cela ne porte préjudice à la qualité des compositions, bien au contraire, les deux lascars sont toujours debout sur l'accélérateur dans les lignes droites, mais prennent désormais les virages de manière un peu moins brutale. Cette légère inclination a comme explication, entre autres, la venue d'un nouvel élément dans la structure instrumentale du duo : une guitare magnétique (!). Ne me demandez pas à quoi cela ressemble, je n'en ai aucune idée. Je sais juste que cet instrument hybride est censé être à mi-chemin entre le synthétiseur et de la guitare. Quoiqu'il en soit, cela ajoute indéniablement quelque chose de nouveau à la musique de Chevreuil. Même si la force de frappe demeure l'indéniable marque de fabrique de Chevreuil, une pincée de mélodie mâtinée de psychédélisme est venue discrètement s'immiscer dans la musique de ces trublions atypiques. Pour rappel, en dehors du nouveau-venu magnétique, Chevreuil se compose d'une guitare (Tony C.), d'une batterie (Julien F.) et de quatre amplis, le tout mis en boucle. Je laisse quelques instants à ceux qui n'ont pas encore écouté pour se faire une idée... Cela dit, l'introduction de ce nouvel agent "adoucissant" dans le processus créatif ne me fera pas dire ce que je n'ai pas dit : Chevreuil reste Chevreuil ; âmes sensibles s'abstenir. Pour soutenir et canaliser l'intransigeance musical du duo, Steve Albini s'est mis aux commandes de cet album, comme ce fut le cas sur "Chateauvallon". Comme on peut donc s'y attendre, c'est tranchant, propre, efficace.
Peut-être est-ce dans le titre de cet album qu'il faut aller chercher l'une des explications d'un quelconque bout de commencement de modération dans le propos de Chevreuil. On assiste à ce combat pacifique, fasciné par la beauté de ces corps en mouvement, admiratif devant l'effort physique tout en craignant de voir un coup partir.

Fred

>>>+/-<<<
Cannibal Lover
Gendarme
Concorde
AfroNegro
Cimetière Végétarien
BreakDance
Chanteur De Charme
Tonnerre Mécanique
Solier Supérieur

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews