Colorblind - Under a Paper Moon

04/03/2008, par David Vertessen | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

COLORBLIND - Under A Paper Moon
(Daruma Productions - Phénix Records / Anticraft) [site] - acheter ce disque

COLORBLIND - Under A Paper MoonAux Etats-Unis, le terme colorblind s'emploie, au théâtre et au cinéma, lorsque l'on fait référence à des rôles distribués à des comédiens dont l'origine ethnique est en décalage avec ce que l'on attend, d'ordinaire, d'un tel personnage. On n'imagine mal Will Smith endosser le costume du prochain Superman, quoique... Bref, c'est sans doute dans cet esprit que le groupe a sorti ce premier album sous le nom de Colorblind. Non que la musique de nos Helvètes dissone par rapport à leur couleur de peau. C'est juste qu'avant de s'adonner à de délicieuses ballades mélancoliques et douces à souhait, les frères Mudry, noyau central de ce combo à géométrie variable (de 2 à 7 musiciens sur scène), étaient du genre rockeur pur et dur aux riffs ravageurs à vous déchirer les tympans. Mais tout ça, c'est de l'histoire ancienne. Lassés des grosses guitares qui font mal, Sam et Vito décident de donner une nouvelle orientation à leur musique et s'attellent à la composition de titres folk dépouillés, laissant la part belle à la guitare acoustique. En chemin, ils croisent la route du bassiste Magic Blez qu'ils ne tardent pas à associer à leur nouveau projet. Quand vient l'heure de l'album studio, nos petits Suisses choisissent de s'adjoindre les services du producteur et multi-instrumentiste Gunt que l'on retrouvera, entre autres, aux percussions, au clavier et aux loops (qui apportent, soit dit en passant, une réelle plus-value atmosphérique à l'ensemble). Dans cette optique, c'est sans surprise que nos accros de l'économie d'échelle, optent pour un enregistrement artisanal allant droit à l'essentiel. L'objectif est louable, la volonté première des frérots étant de pouvoir arpenter la scène tant en duo que soutenus par des musiciens additionnels. Qu'en est-il du résultat artistique ? Eh bien, chapeau bas ! Admirable reconversion que voilà. Chaque morceau renferme des lignes mélodiques imparables, les arrangements sont simples mais subtils (en tout cas, Gunt s'amuse). Avec "The Fall", on perçoit l'énergie plus rock, bien que contenue, des Mud Brothers d'antan. Pour le reste, la voix fluette de Vito peut parfois faire penser à celle de Vincent Liben, chanteur de Mud Flow, notamment dans "Paper Moon", "Sell My Soul" et "The First Day I'm not Drunk" (à relever, au passage, l'intervention fort sympathique d'une trompette qui vient camper fort habilement le morceau). Y aurait-il un lien céleste qui unirait les deux combos (d'un côté Mud Flow, de l'autre les frères Mud) ? Etrange coïncidence n'est-ce pas ? Trêve de supputation sibylline ! Une chose est claire, c'est que la lune de papier de Colorblind a le potentiel d'illuminer nombre de nuits obscures.

David Vertessen

Anti Love Song
Only Business
The Fall
My Heart Is Grey
Paper Moon
The First Day I'm not Drunk
Always on My Mind
Sell My Soul
Lullaby
Kings of Death


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews