e jugend - Last Exit Wedding

19/06/2007, par David Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

E JUGEND - Last Exit Wedding
(Ophon / Differ-ant) [site]

E JUGEND - Last Exit WeddingMusique concrète ? "Field recording" ? Déconstructivisme ? En guise de chant, quelques bribes de conversations enregistrées ; des sons souvent hasardeux, entre cordes claires et guitares puissantes ; des morceaux aux enchaînements intrigants : les nombreuses pistes sur lesquelles nous emmènent les premières écoutes de "Last Exit Wedding" n'ont rien de sentiers balisés.
Mais risquons nous plutôt à avancer que ce duo allemand curieusement nommé propose ici un disque de pop, légèrement torturée, certes, mais pop tout de même. Cela facilitera sans doute l'approche d'un album guère formaté, mais dont les bases reposent sur des ingrédients d'obédience pop ou rock : les guitares ont la part belle, accompagnées de quelques notes de piano sombre, de quelques incursions electro, et parfois de batteries à la dynamique lourde et répétitive, notamment la superbe envolée au milieu de "National Geographic". Les côtés jazz ou electro de Daniel (moitié d'e jugend) à l'oeuvre chez Mileva, ont presque entièrement disparu dans la forme. Seule ici demeure cette dérive - souvent improvisée - qui oscille entre phases d'apesanteur chancelante, déconstruction des morceaux, et quelques flambées plus épiques, sans doute les moments les plus enthousiasmants de l'album. Puis l'on se prend à apprivoiser dans son ensemble un disque dont la cohésion n'est pourtant pas l'élément le plus prégnant, mais dont les enchaînements désarticulés finissent par faire sens. Les guitares troubles et ivres de "What About Those Bushfires, Mark ?" ou de "High Life & Hard Times in Kreuzberg", ou bourdonnantes sur le superbe "A Tennis-Playing Tourist", renvoient à la même mélancolie, tantôt diffuse, tantôt violente, toujours vibrante.
Parfois proche des steppes arides d'un Bexar Bexar, retrouvant ailleurs la flamboyance de Sonic Youth, e jugend ne lasse jamais l'auditeur tant ses errances protéiformes tiennent à la fois de l'inclassable et du familier.

David Dufeu

Mary Harbour
What We Call Entertainment
Traurig, aber wahr
K.O. in L.A.
Balkan Express pt. 1
Balkan Express pt. 2
Antique
National Geographic
What About Those Bushfires, Mark ?
High Life & Hard Times in Kreuzberg
A Tennis-Playing Tourist (dedicated to fame)
Saber


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews