The Electric Soft Parade - Holes in the Wall

13/02/2002, par Jean-Marc Grosdemouge | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE ELECTRIC SOFT PARADE - Holes in the Wall
(DB / BMG)

ELECTRIC SOFT PARADE - Holes in the WallPossible que s'il avait été écouté à l'aveugle, cet album m'aurait amené à une question, à l'écoute du premier titre, "Start again" avec sa grosse guitare et se voix vocoderisée… Quoi, est-ce l'un de ces groupes versaillais, Air ou Daft Punk qui s'est (re)mis au rock ? Ou sont - ce les pompeux Phoenix qui ont été touchés par la grâce ? J'aurais pu… Seulement voilà, impossible d'échapper au buzz autour d'Electric Soft Parade. Vous êtes jeunes et "dans le coup" côté musique ? La première fois que vous irez acheter des disques depuis la disparition des pièces de monnaie à l'effigie de la Semeuse, vous êtes priés d'échanger vos euros contre"Holes in the wall"."Impossible de ne pas avoir vu la pochette de l'album (une jolie photo d'escalier rond, pris en plongée) dans l'un des ses magazines favoris …

Buzz = je sais qui se cache derrière ces chansons efficaces, ce rock vitaminé de bonne facture. J'attends donc d'être surpris par l'œuvre des frères White (17 et 18 ans), originaires de la ville balnéaire de Brighton (célèbre aussi pour être la capitale du big beat) et sujets de sa très gracieuse majesté.

Les chansons d'Electric Soft Parade ont un côté FM dans le sens qu'elles sont facilement recevables par un large public. Pas besoin d'avoir lu tout Kant ou écouté tout Steve Reich pour y succomber. Les frères White savent comment faire mouche à chaque fois, et c'est étonnant vu leur jeune âge … Sauf que ces gros consommateurs de disques ont pris le meilleur de tout ce qu'ils écouté, qu'ils le digèrent et qu'immanquablement, ils font du tube. Mais attention si les frères ont des références, il ne la jouent pas version lourde, Encyclopeadia Universalis sur papier en 21 volumes, mais façon encyclopédie sur CD rom, vivante, moderne. Pour réactualiser l'état des connaissances en matière de rock, les frangins ne la jouent pas petits profs, mais plutôt laborantins, avec pipettes et bec bunzen, mélangeant les produits et attendant les réactions.

Si le buzz autour de ce premier album est justifié, ne pas confondre "chef d'œuvre" et "révélation". On n'a pas droit tous les jours à "Grace" ou à "Dummy", et c'est bien dommage. Pour le côté"disque séminal", on repassera. On a en tout cas droit à un bel album. Après trois morceaux pêchus, arrive"Something got to give", une ballade un peu brit pop pas désagréable. Ce n'est pas le seul à nous rappeler l'époque 95-96 : "Sleep alone" par exemple nous ramène à ce temps aujourd'hui un peu honni où Blur et Oasis tenaient le haut du pavé. Figurent même un morceau à la manière de Doves, "It's wasting me away", et un autre à la manière de Manic Street Preachers, "Biting the soles of my feet."

J'ai surtout aimé cet album quand il donne dans les ambiances éthérées, comme sur "Silent to the dark", morceau de neuf minutes, comprenant un long break en état de grâce, ou comme sur"Red Balloon for me", qui conclut l'album et dont le piano sonne comme du John Lennon. J'ai nettement préféré cela à leurs morceaux énervés. Quand Electric Soft Parade fait parler la poudre, c'est un peu plus pataud, genre Faith No More… on peut aimer ce rock efficace (trop ?), mais c'est quand ils calment le jeu que les frères White font des merveilles. Poussée à fond, la machine s'emballe. Sur disque, car sur scène, les envolées sonores sont nettement mieux maîtrisées, on en reparlera plus loin.

Certains voient Electric Soft Parade comme la réponse britannique aux new-yorkais de Strokes. Je ne discuterai pas ces propos ineptes, passons à autre chose. Le seul intérêt de cet argument fruit des élucubrations d'un scribouillard en manque d'idée, c'est qu'il fournira aux journalistes paresseux qui ne préparent de questions une manière commode de lancer un entretien :"on dit que vous êtes les Strokes européens, qu'en pensez-vous ?"Ou comment une idiotie risque de se perpétuer et de plomber le dossier de presse des frères White, qui n'ont vraiment pas mérité ça.

Leur maison de disque présente Electric Soft Parade comme le futur du rock anglais. Avant de s'intéresser au futur, place au présent. Au lendemain d'un concert donné à la Scène, à Paris, devant un public trié sur le volet, pour fêter la sortie de l'album, j'écoute avec avidité"Holes in the wall", et l'on ne retrouve pas tout. Bonne nouvelle : ESP est un groupe de scène, qui se donne. Le batteur est habité, il cogne dur et échange parfois sa place avec son frère. Ce soir-là, le concert se termina par un déluge sonore où le quatuor (les deux frères jouaient avec un clavier et un bassiste) s'en donna à cœur joie. Le clavier alla même jusqu'à ôter ses chaussettes pour monter sur son clavier et en piétiner les touches ! Et là, leur gros son transporte le public …

Moralité, il n'est pas déraisonnable d'investir dans cet album, mais mieux vaut savoir à quoi s'attendre : peut être qu'il faudra programmer sur sa chaîne quelques titres ("Something got to give", "It's wasting me away", "Silent to the dark", "Sleep alone", "Holes in the wall", "Biting the soles of my feet", "Red ballon for me") soit sept titres sur douze, plutôt que d'écouter tout l'album. Pour conclure, on se dit que, vu l'accueil réservé à cet album, il est étonnant que les délires sonores d'un autre groupe anglais, Clinic, n'ait pas connu pareil engouement de la part de la presse de ce côté-ci de la Manche. Peut être n'a-t-il pas eu la chance de bénéficier d'une telle promotion. En tout cas, il sera utile et agréable de suivre le parcours scénique et discographique d'Electric Soft Parade, en espérant ne pas être déçu sur la durée. Pourvu qu'il ne s'agisse pas d'une baudruche artificiellement gonflée…

Jean-Marc Grosdemouge

Start again
Empty at the end
There's a silence
Something got to give
It's waiting me away
Silent to the dark
Sleep alone
This given line
Why do you try so hard to hate me
Holes in the wall
Biting the soles of my feet
Red balloon for me

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews