FVTVR Festival - Nantes - 9, 10 et 11 juillet 2015

23/07/2015, par Sandrine Lesage | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Le label indépendant nantais FVTVR Records a organisé son premier festival "fait-main" à Nantes les 9, 10 et 11 juillet derniers : ambiance festive et conviviale sur fond d'exigence musicale.

 logo futur 

La première et principale soirée de ce festival réparti entre différents lieux se tenait à Trempolino, une structure connue à Nantes pour l’accompagnement des musiciens et des professionnels de la musique, pendant sur l’île de Nantes de la salle de musiques actuelles Stereolux. L’ambiance est estivale : le son des balances inonde la terrasse située sur le blockhaus servant de base à la structure métallique abritant studios de répétition et d’enregistrement, tandis que la foule ne tarde pas à s’amasser autour du bâtiment, attirée par la musique ou le food truck qui sert ce soir des burgers "Rhum for Pauline" ou "Romantic Warriors". Heureusement, c’est uniquement dans le domaine culinaire qu’il nous faudra choisir un camp.

Ambiance Futur

C’est Romantic Warriors, le projet parallèle des membres de Minitel Rose (Raphaël d’Hervez, Quentin Gauvin et Romain Lemé), qui inaugure la soirée. Les trois musiciens s’affairent au centre de la place, entourés par les spectateurs assis ou allongés sur d'énormes coussins. Ambiance aérienne pour une écoute au ras du sol, propice aux divagations de l’âme et de l’esprit sur ces boucles cosmiques, qu’on aurait également trouvées idéales pour une fin de soirée.

Romantic Warriors

Les habitués de la scène nantaise Disco Anti Napoleon enflammeront ensuite la terrasse à coups de fusées psychédéliques, tandis que les premiers revenants du festival font leur apparition.

Rhum for Pauline, auteur de trois EP en l’espace de 5 ans, vient d’annoncer la sortie d’un nouvel album pour la rentrée. Le groupe emmené par Romain Lallement ne cache pas son enthousiasme à l’idée de retrouver le public nantais après trois ans d’absence sur scène, si l’on exclut une apparition au festival "Assis ! Debout ! Couché !" au lieu unique en mars dernier. C’est lors de ce concert que cette fête à la maison qu’évoquait Quentin Gauvin, label manager de FVTVR dans son interview, prend certainement le plus son sens. Les cinq gars transmettent une énergie incroyable au public, qui découvre en primauté les nouveaux morceaux assez inclassables du groupe, oscillant entre rock vintage, soul et ardeur rock. Le concert, déjà survolté, est ponctué par l’ouverture d’une bouteille de champagne en l’honneur des 30 ans de Raphaël d’Hervez, l’un des membres-clé de l’écurie FVTVR, puisque faisant partie de trois groupes du label, en plus d’en être le co-fondateur. Rendez-vous est pris à l’automne pour d’autres dates. Retrouvez par ailleurs Rhum for Pauline pour un entretien avec POPnews.

 champagne

En attendant l’after en bord de Loire au bar l’Absence, c’est College qui est chargé de clôturer cette première soirée à Trempolino. David Grellier, également moitié de Sexy Sushi, finit de réveiller les membres du public de la terrasse, transformée en dancefloor des eighties pour l’occasion. Malgré quelques interruptions intempestives façon "et je remets le son!", c’est sur fond de projections rose fluo ambiance "Drive" que College agitera les corps humains et les ondes synthétiques.

college

Après une deuxième soirée placée sous le signe du DJing au lieu unique, c’est le New-Yorkais Jerry Paper qui finira en beauté cette première édition. (Presque) nu sous son peignoir de satin bigarré, il accompagne son chant de faux crooner d’une boîte à rythmes et de pas de danse choisis, rappelant un Sean Nicholas Savage plus mutin, le romantisme sirupeux en moins.

Le futur, c’était maintenant, avant de recommencer l’année prochaine !

 

Crédits photos : Caroline Chaffiraud et Benjamin Reverdy/Trempolino

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews