Hush Arbors - s/t

12/02/2009, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

HUSH ARBORS - S/t
(Ecstatic Peace! / Differ-Ant) [site] - acheter ce disque

HUSH ARBORS - S/tHush Arbors est le nom derrière lequel se cache Keith Wood, musicien folk qui a notamment collaboré avec Six Organs of Admittance. A part ce fait d'armes, l'artiste et son "groupe" s'étaient faits plutôt discrets, publiant quelques EP par ci par là, mais pas de quoi attirer l'attention. Enfin, si, puisque Thurston Moore l'a fait signer sur son label... On dira que de notre côté de l'Atlantique, Keith Wood pourrait faire penser à une fusion bien étrange des patronymes des deux guitaristes des Rolling Stones.

Pour cesser la divagation du chroniqueur, rien de mieux que lui faire jeter une oreille sur "Intro", qui, comme son nom l'indique fort à propos, ouvre le disque. Et c'est... oui oui, une minute quarante quatre secondes de larsens, d'un ampli qui crie grâce, et c'est le moment où vous vous demandez ce qu'est ce disque étrange. Cette question, vous vous la posez d'autant plus quand vous entendez les premières notes de "Follow Closely", parce que cela n'a rien à voir. C'est cette fois-ci un folk teinté de blues qui nous est offert, galopant entre les éclairs électriques disséminés avec parcimonie : vient ensuite le premier moment purement folk du disque, "Rue Hollow". Sur une superbe mélodie à deux guitares, le groupe fait se rejoindre la dimension pastorale des Fleet Foxes avec un zeste de psychédélisme. Avec des arpèges qui tombent en cascade, il est difficile de ne pas succomber à ce titre, tout à la fois léger, profond et passionné : ce morceau ne reste d'ailleurs pas isolé dans son style car on recense également "Sand", ce qui confirme que Keith Wood sait écrire de solides compositions, même lorsque celles-ci sont légères comme une plume. Mais il semblerait toutefois que l'artiste ait une certaine prédilection pour le mélange des genres, comme sur "Light" ou "Bless You", là encore pour le moins instables, avec des distorsions sonores, qui se superposent et laissent poindre en sourdine une tension constante, qui contraste avec la simplicité des mélodies. Très répétitives, elles ont tendance à avoir un pouvoir hypnotique, qui permet aux autres sons de s'insérer peu à peu et aux morceaux de se déployer très progressivement.

"Water II" referme enfin le disque sur une nouvelle dose de psychédélisme, avec son cortège de voix éthérées, sa rythmique qui tourne en boucle, ses percussions au premier plan et ses soli de guitare qui déchirent la mélodie sans jamais la rompre. C'est bien, c'est même vraiment bien tout ça, parce que à multiplier les grands écarts et les mélanges, il y avait un gros risque de passer complètement au travers : or, en (seulement) 31 minutes, Keith Wood ne se sera permis quasiment aucune faute de goût. Plus que le respect, ça mérite qu'on jette une oreille à Hush Arbors.

Mickaël Choisi

Intro
Follow Closely
Rue Hollow
Gone
Bless You
Sand
Light
Water II


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews