Loyola - It Will Shine

22/03/2007, par Frédéric Antona | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

LOYOLA - It Will Shine
(Herzfeld)

LOYOLA - It Will ShineLorsque je glissai pour la première fois "It Will Shine" sur la platine, ma réflexion immédiate fut : "on a retrouvé l'album caché du Velvet Underground, ils nous le ressortent !". Il faut bien dire que le premier titre, "Upon the Scene", sonne véritablement comme un inédit du groupe de Lou Reed, dans sa période calme, entre le troisième album et "Loaded", avec une batterie rudimentaire, des chœurs évanescents en fond... Eh bien non, c'est Loyola, trio alsacien qui livre ici son premier opus. Le ton est donné : il s'agit ici d'un album très lo-fi, tel que peut le pratiquer un groupe comme Herman Düne, avec toutefois, en prime, un certain nombre d'arrangements à cordes inattendus et tout à fait délicieux (le titre "It Will Shine", en particulier). Cette galette est sortie il y a déjà quelques mois mais est, assez étrangement, passée quasi-inaperçue à sa sortie. Fait qui peut sembler incongru, étant donné la qualité des compositions et la beauté de certains climats sonores figurant dans l'album. "Song of Fear" en est la parfaite représentation, de délicates arabesques tissées par la guitare acoustique, qui s'alourdissent sur la fin de la chanson, tandis qu'un clavier saturé se fait entendre, apportant une grande profondeur au morceau. L'album contient en son sein un hit potentiel (dans un monde idéal) : "Show Up", sorte de pop-funk brinquebalante, aux guitares dissonantes et au refrain terriblement efficace. "Burden", plus mélancolique, une voix désabusée qui flotte sur un rythme ternaire, reste classique mais toutefois très touchante. Loyola termine l'album en beauté avec l'excellent "Hello Goodbye", entre guitares acoustiques et voix étranglée. Le folk de Loyola reste majoritairement sépulcral et sombre. Plus proche de Leonard Cohen que de Melanie Safka.

En entendant cet album de Loyola, il paraît indéniable que le folk plein de pureté et d'étrangeté présent chez des artistes comme Bruno Green, Turner Cody ou Herman Düne continue de se répandre. L'émotion acoustique continue à faire son œuvre, et c'est une très bonne chose. Un album à redécouvrir d'urgence.

Frédéric Antona

Upon the Scene
Black Hearted Hate
Royal Citizen
Nightwear in the Day
Chesnut Tree
It Will Shine
Song of Fear
Stereo Bum
Show Up
Billy Boy
Look You in the Eye
Burden
The Trip
Hello Goodbye


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews