Lunt - Switch the Letters

13/09/2010, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

LUNT - Switch The Letters
(We Are Unique / La Baleine) [site] - acheter ce disque

LUNT - Switch The LettersCréer, fonder, s'impliquer, au point de s'oublier. Gilles Deles est le cofondateur de We Are Unique Records, que son premier album sous le nom de Lunt a contribué à lancer. Le temps passant, le label toulousain a grandi, et bien grandi, comme le témoignent encore tout récemment les derniers albums de Raymonde Howard et Angil & the Hiddentracks. Mais voici le temps pour Lunt de reprendre le chemin des studios, et de se consacrer à sa musique, lui qui a engrangé de multiples expériences depuis le premier disque de Lunt, en 2001.

Ce n'est pas un disque évident, ce "Switch the Letters". C'est un disque en reliefs, fait de vallées et de détours, où l'on peut se perdre. Paysages arides mais magnifiques balayés par le vent, sous un soleil de plomb. De quoi lézarder ? Pas vraiment, malgré un feeling qui incite plus au grand calme intérieur qu'à l'excitation électrique : l'acoustique de la guitare remplit admirablement l'espace, la voix habitée évoque REM et Michael Stipe, tant elle est vibrante et frêle à la fois, et crée une ambiance unique, prenante sans être envahissante. Ces dix titres ne se rattachent pas vraiment à un style unique : on est ici au confluent du post-rock, pour l'importance de l'atmosphère dans la construction des chansons, le folk pour l'instrumentation, la pop pour la faculté de certains titres d'inoculer leur mélodie. L'ascèse du disque sert celui-ci, en sollicitant en permanence l'auditeur, qui doit ainsi s'attacher aux détails, à ces notes de piano égrénées avec parcimonie, cette batterie ou en arrière-plan, ces quelques accords de guitare acoustique qui se fait parfois électrique ("Golden House V2"). Les sentiments affleurent sur chaque chanson, toujours en subtiles nuances : sérénité ("We Left With Whispers", "The War Zone"), exaltation douce ("Where's the Revolution ?", zébré de coups électriques, "Happiness Is Transient" qui s'envole langoureusement) ou errance mélancolique au long cours ("Spit My Body"). Les neuf titres passent ainsi, en berçant sans complaisance celui qui écoute, et qui ressent plus qu'il n'écoute d'ailleurs ce disque charnel, vivant et pourtant si paisible. Unique, une fois de plus.

Mickaël Choisi

acheter ce disque

Golden House V2
We Left With Whispers
Where's the Revolution ?
Golden House V1
The War Zone
Sparks and Darkness (My Bloody Valentine)
Switch the Letters
Split My Body
Happiness Is Transcient

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews