Micah P. Hinson - And The Red Empire Orchestra

10/06/2008, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MICAH P. HINSON - And the Red Empire Orchestra
(Full Time Hobby / PIAS) [site] - acheter ce disque

MICAH P. HINSON - And The Red Empire OrchestraDrôle d'oiseau que le père Micah. Une voix de bourlingueur à un âge pas si avancé que cela. Des chansons patinées comme un vieux blues alors qu'il vénérait The Cure et Depeche Mode quand il était adolescent. Une obsession d'opiomane pour le corps féminin qu'il met en scène sur chaque pochette d'album. Bref, nous n'avons pas fait le tour du personnage comme nous le rappelle ce nouvel opus. L'ex-accidenté de la vie est devenu en trois albums-studio et une poignée d'EP un songwriter céleste capable de nous faire chavirer à la moindre ritournelle par son grain de voix épais et ses rythmiques de valse-country qui font tanguer le navire sur une mer de mélancolie. Ce disque exhale un parfum de honky tonk crado mais pas seulement. A y regarder de plus près, il affiche une classe feutrée et un charme désuet (un mix de Richard Hawley et de Bill Callahan ?) transposant son auditeur dans un dancing perdu au fin fond du Texas peuplé de mémères décaties. Les mélodies, joliment enluminées de cordes soyeuses, de glissades de dobro flemmardes et de chœurs mielleux, nous susurreraient presque un joyeux Thanksgiving. Bref, l'anachronisme va plutôt bien à cet artiste à fleur de peau qui se livre sans retenue. Qu'il chante l'amour comme un crooner des années 50 ("Tell Me It Ain't So"), pleurniche comme un cow-boy solitaire ("When We Embrace", "The Fire Came Up to My Knees") ou braille comme un marin éméché ("Come Home Quickly Darlin'"), il est toujours juste, élégant, touchant. Le désespoir lui donne des ailes, l'amour aussi sûrement (il vient de se marier avec Ashley et n'hésite pas à étaler son bonheur sur son site internet). Un cœur tendre pas encore transformé en guimauve. Oui mais pour combien de temps ? That is the question.

Luc Taramini

A lire également :
L'interview (2008)
La chronique de "And The Gospel Of Progress"
(2005)
Come Home Quickly Darlin'
Tell Me It Ain't So
When We Embraced
I keep Havin' These Dreams
Throw the Stone
Sunrise Over Olympus Mons
The Fire Came Up to My Knees
You Will Find Me
The Wishing Well and the Willow Tree
We Won't Have to Be Lonesome
Dyin' Alone


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews