Orval Carlos Sibelius - Orval Carlos Sibelius

30/05/2006, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ORVAL CARLOS SIBELIUS - Orval Carlos Sibelius
(Clapping Music / Rue Stendhal)

ORVAL CARLOS SIBELIUS - Orval Carlos SibeliusNon, vous ne rêvez pas, vous n'êtes pas coincé dans une faille spatio-temporelle à la fin des années 60 et pourtant ce disque ovni d'Orval Carlos Sibelius aurait tout lieu de vous le faire croire. Avec sa pochette christique au fantasme de nature exacerbé, il vous ramène à l'âge de pierre (et du mauvais goût) entre Moondog période allemande et le Krautrock d'Amon Düül II. Pourtant, il s'agit bien d'un disque de pop contemporaine, certes barré mais réalisé par Axel Monnaud (ex-Snark), un Parisien qui n'a rien d'un illuminé se prenant pour Zardoz ou Vercingétorix. Résumant cinq années d'élucubrations musicales diverses, ses chansons ont le parfum opiacé du psychédélisme ("Halogen Dust Butterfly") sans en être vraiment, leurs orchestrations possèdent ce faux air de rock progressif à tendance médiévale ("SST", "Charisma") mais c'est bien un souffle pop qui les traverse de part en part et leur maintient les pieds au sol ("Mister Heart of Stone", "Olé Atomic Cyborb"). Tout le talent d'Orval Carlos Sibelius consiste à avancer masquer, à jouer avec les apparences pour déployer un univers foisonnant gonflé de références digérées et d'orchestrations vintage qui ne desservent jamais le songwriting. Alors, seulement, ayant compris cela, vous pourrez céder au chant des sirènes ("Albert's Suspended Lake"), suivre les circonvolutions mélodiques d'une flûte ("Moselle"), barboter dans une mare de clapotis électroniques ("Battlefield"), voir double ou triple sur des accords de guitare tordus ("Salt Statues in Slow Motion").
Cette étrange odyssée onirique allant du folk bucolique à la fée électricité, vous offrira la vision d'un monde idéal que même Devendra Banhart, déguisé en diseuse de bonne aventure, ne voit plus en rêve. Epaulé par deux muses à la voix d'ange (Zoé et Kumi de The Konki Duet) et par un drôle de maréchal ferrant, le batteur Jérôme Lorichon (Berg Sans Nipple), Orval Carlos Sibelius réussit à prendre des chemins de traverse sans s'égarer, livrant avec l'ingéniosité d'une Dawn Landes - qui pourrait être sa sœur de lait - une surprenante méditation musicale à la fois personnelle et accomplie.

Luc Taramini

Ole Atomic Cyborg
Albert's Suspended Lake
Finally
Charisma
Rules for Time Travel
Never Noticed You Were Me
Halogen Dust Butterfly
Moselle
SST (Similar Song Texture)
Battlefield
Salt Statues in Slow Motion
Mister Heart of Stone


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews