Phoebe Killdeer And The Short Straws - Weather’s Coming

01/07/2008, par Marie Gallic | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

PHOEBE KILLDEER AND THE SHORT STRAWS - Weather’s Coming
(The Perfect Kiss / PIAS) [site] - acheter ce disque

PHOEBE KILLDEER AND THE SHORT STRAWS - Weather’s ComingAu vu de l'actualité musicale, on a désormais tendance à se méfier des filles qui sortent un album sous leur nom : "Quoi ! Encore une nouvelle diva blanche ?!" Mais Phoebe Killdeer est d'une autre trempe. D'abord elle a officié au sein du collectif Nouvelle Vague. Et ça se sent dans le côté jazz / bossa nova de sa musique. Et aussi dans Bang Gang, Basement Jaxx... De quoi avoir un univers riche et varié... Et puis, elle joue avec un groupe, The Short Straws, qui est loin d'être une bande de manchots !
L'album s'ouvre sur "Paranoia", morceau ultra efficace qu'on a l'impression d'avoir déjà entendu on ne sait où mais sans doute un peu partout tellement il sonne comme un classique. S'ensuit un "He's Gone" bien plus noir et, on n'ira pas jusqu'à dire expérimental, mais il y de cela dans les joutes de cuivres qui, livrés à eux mêmes, se lancent dans un exercice dissonant. "Big Fight" et son claquement de doigts, sa contrebasse et son orgue se la jouent incroyablement rétro. On n'aurait aucun mal à imaginer Phoebe accoudée à un piano dans quelque club de la Nouvelle-Orléans... L'électricité revient sur "How Far". Bonne introduction au tube potentiel "Jack" qui ne manque pas de swing. "I like you very much" clame la belle. Nous aussi, on t'aime beaucoup Phoebe !
Paradoxalement, "I Get Nervous" calme le jeu mais est sans doute un des morceaux les plus faibles de l'album car trop bubblegum. L'orageux "He's Late" et son bruit de pluie qui tombe ferait verser des larmes à n'importe quel crocodile. "Never Tell a Lie" explore la piste du rythme que ce soit dans les percussions un peu afro ou dans la voix de Phoebe qui attaque sévère. "Looking For a Man" et son banjo serait parfaite sur la B.O. de "Dawn by Law" de Jarmusch avec Tom Waits. "I'm looking for a man who treats me like a lady". Don't worry Phoebe, tu es une grande dame (et c'est pas parce que tu fais la cuisine ou la lessive comme tu le dis dans ta chanson !) ou tu vas le devenir !
Car oui, ce très bon album a des airs de "Let it Die" de Feist (qui, rappelons-le, a aussi officié dans des collectifs (avec Gonzales et Peaches ou au sein de Broken Social Scene) avant de sortir cette merveille qui a rendu son nom inoubliable). Il paraîtrait que la miss Killdeer s'est faite virée de Nouvelle Vague pour "comportement dissipé". C'est sûr que limiter Phoebe au seul registre bossa est un peu rude. Souhaitons à la mauvaise élève une ascension aussi fulgurante que celle de Feist.

Marie Gallic

A lire également, sur Phoebe Killdeer :
l'interview (Mai 2008)

Paranoia
He's Gone
Let Me
Big Fight
How Far
Jack
I Get Nervous
He's Late
Never Tell a Lie
Looking For a Man
Licorice Skies
Somebody

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals