Piers Faccini - Tearing Sky

18/10/2006, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

PIERS FACCINI - Tearing Sky
(Label Bleu) [site] - acheter ce disque

PIERS FACCINI - Tearing SkyIl faut bien se rendre à l'évidence, en deux albums, dont un premier discret mais remarqué ("Leave no Trace"), l'Anglo-Italien au charme ténébreux est devenu la nouvelle coqueluche des rédactions. Sa gueule d'ange, sa voix de velours (à la Nick Drake) et son folk œcuménique ont tout pour séduire un large public déjà conquis par les volutes soul de Ben Harper et de Fink. Contrairement à son petit frère, "Tearing Sky" a été conçu sous le soleil californien avec des moyens importants. Cette fois, Piers Faccini s'est offert les services de JP Plunier (Ben Harper, Jack Johnson), producteur qui l'a intronisé auprès de la star et de ses musiciens venus lui prêter main-forte. Et cela s'entend. De ce disque habité s'échappe une ferveur particulière : les tempos tournent au ralenti battant pesamment la mesure, les orgues d'église figent l'espace, les basses groovent en finesse, si bien que le disque avance à petits pas de velours comme une procession. L'autre ingrédient important n'est autre que la présence de Ballaké Sissoko, virtuose de la Kora qui illumine l'album de ses notes cristallines. De ces croisements, la musique de Faccini a gagné en épaisseur et en richesse abordant des territoires nouveaux que le premier disque ne laissait pas présager. Elle impose une écriture racée et poétique - largement instinctive aussi - qui puise aussi bien son inspiration aux sources du Mississippi que sous l'arbre à palabres d'un village africain. Le disque, quoique longuet et parfois monotone, fait briller des pépites comme "Sharpening Bone", "If I" ou "Fire in My Head" qui résument à elles seules toutes ces qualités. Hier songwriter romantique, aujourd'hui griot world inspiré, Piers Faccini a réussi une mue saisissante au contact de ses nouveaux maîtres à penser en trouvant peut-être sa nature profonde. Il a, en revanche, perdu une forme d'humilité et dépouillement qui ne lui allait pas si mal non plus. Il a aussi trouvé dans le confort de la production un son ouaté parfois soporifique. Si "Tearing Sky" est incontestablement l'album de la reconnaissance artistique, espérons qu'il soit aussi une étape vers d'autres mutations et pas seulement la formule magique destinée à plaire aux ondes fades de FIP et aux légions de fans du dieu Harper !

Luc Taramini

Each Wave That Breaks
Sharpening Bone
At The Window of The World
If I
Days Like These
Fire in My Head
Come The Harvest
Midnight Rolling
Talk To Her
Uncover My Eyes
The taste of Tears
The Road's not Long
Sons and Daughters
Walk Over to You


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals