Pollyanna - Whatever They Say, I'm a Princess

23/11/2004, par Violaine Schutz | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

POLLYANNA - Whatever they say I'm a Princess
(Eglantine Records / Musicast) - [site]

POLLYANNA - Whatever they say I'm a PrincessPollyanna est le nom d'un manga japonais, dont la chanson de générique n'était pour le moins pas très gaie : "Quand on est tout seul dans la vie, Et qu'on se sent tout petit, Il faut se faire des amis". L'héroïne de ce dessin animé que je regardais quand j'étais petite, s'appelle Pollyanna Whittier, et se retrouve orpheline quand son père, pasteur, meurt. Heureusement Pollyanna a un secret pour ne pas se laisser aller : son père lui a appris à chercher partout le bon coté des choses. Elle appelle ça le "jeu du bonheur". Ce n'est sans doute pas un hasard si Isabelle Casier a choisi ce nom pour son projet musical. Il n'y a pas grand monde non plus sur la pochette du disque de Pollyanna, sur cette plage vide, brumeuse, dont seule une silhouette féminine et fragile se détache. Mais il faut se méfier de l'eau qui dort. Pollyanna, duo français rassemblant la chanteuse/guitariste Isabelle et le guitariste/batteur David Lopez, connaît les recettes de la mélodie du bonheur "auditif". De la guitare sèche sans fioriture façon Marine Girls (premier groupe de Tracey Thorn, la chanteuse d'Everything But The Girl), des paroles torturées en anglais (parfait), du violon à petite dose, des envolées lyriques quand il le faut, de la violence rentrée.
Mais encore faut il avoir le cœur bien accroché car à côté de Pollyanna, Belle and Sebastian est un groupe de disco. La parenté avec Cat Power est évidente : Chan Marshall joue dans la cour de récré avec Isabelle, à celle qui chantera le plus tristement possible, à celle qui fera pleurer le plus de petits garçons, à celle qui trouvera l'accord parfait. Et Pollyanna n'a presque rien à envier à la puissance du chat. Et puis, trêve de compliment, car quoiqu'on dise, Isabelle est une princesse et ce disque, un album précieux en forme de conte de fée.

Violaine Schütz

Matador
You hold the world in your hand
Frankenstein
Iron man
In my pocket
The narrow door
Untitled
Song for a room
Romeos
Across the river
Goodbye


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews