Presidentchirac - Surfing The Volcano

28/04/2005, par Gabriel Marian | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

PRESIDENTCHIRAC - Surfing The Volcano
(Platinum / Discograph) - acheter ce disque

PRESIDENTCHIRAC - Surfing The VolcanoVoyons ce que nous propose Presidentchirac, à part un sens de l'humour bien gaulois et un visuel façon affiche clandestine. A première écoute, on dirait de l'electro-pop-rock alter-mondialiste, ou plutôt alter-moderniste : en l'espace de quelques morceaux, on traverse plusieurs époques de la musique du XXe siècle, pas forcément celles qui sont actuellement les plus "tendance". Avec un peu de rock hippie et de synthés rétro saturés flottant sur des rythmes tantôt funky-exotiques, tantôt acid-blip, Presidentchirac met en marche des machines complexes qui rappellent un peu les artefacts bizarres de Plaid. Dans ce paysage mouvementé, on retrouve plusieurs voix qui se relayent et se répondent avec beaucoup de liberté, accompagnées de samples cinématographiques. Parce que Présidentchirac est quasi aux antipodes de Daft Punk pour ce qui est de l'inventivité. Chez les "Daft", il suffit d'écouter dix secondes d'un morceau pour en déduire tout le reste, alors que le délire des "Prez" semble difficilement contrôlable. Une sorte d'empressement à tout faire entrer en un seul morceau fait que souvent des phrases musicales semblent s'arrêter en route pour laisser la place à d'autres ébauches de lignes mélodiques. C'est une pop sans vrais refrains, et le plus excitant c'est qu'on n'arrive jamais à prévoir ce qui va suivre. Des saveurs se mélangent, cordes electro-curry sur "Rootabaga", rap de blancs énervé à la Bloodhound Gang sur "Unbelievers", sonorités Warp sur "Mr Germein". "Defcon" commence avec une voix qui fait penser à Sting, mais qui ne revient plus telle quelle par la suite, on est déjà ailleurs et on est conduit vers la sortie par une chanteuse. Ce labyrinthe musical ne manque pourtant pas de cohérence, d'une cohérence qui apparaît après une seconde écoute. Cette façon d'assumer une gourmandise "maximaliste" avec insolence et enthousiasme fait oublier les quelques petites faiblesses, juste un ou deux morceaux qui semblent un peu creux, faute de chanteur qui s'assume à fond. Au fait d'où vient cette timidité qui empêche les Prez de chanter sur presque la moitié du disque ? Allez, sur le prochain album on fait plus d'efforts pour les voix, d'accord ?

Gabriel Marian

Stereo Power
Rootabaga
Rocket
Jupiter
Yellow
Defcon
Old Style
New Blip
Unbelievers
Mr Germein
So Special

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews