Seabear - The Ghost That Carried Us Away

21/09/2007, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SEABEAR - The Ghost That Carried Us Away
(Morr / La Baleine) [site] - acheter ce disque

SEABEAR - The Ghost That Carried Us AwayIl y a dans la voix timide, un peu voilée mais douce de Sindri Már Sigfússon quelque chose du petit frère imaginaire de Marc Everett (alias E de Eels), mais c'est vers Sufjan Stevens qu'il faut tisser les liens du cousinage avéré : si, pour son premier album, le jeune Islandais a volé au premier son empreinte mélancolique, il rivalise avec le second pour construire des instrumentations de symphonies miniatures émaillées de chœurs pointillistes, d'envolées de cordes célestes et de percussions frémissantes ("Hospital Bed", "Owl Waltz", "Seashell"). A moins que, sur la foi d'un morceau d'ouverture en clin d'œil, " Good Morning Scarecrow", il ne se place sous le haut patronage de Sparklehorse. Peu importe car, la somme de toutes les influences américaines étant faite, il ne faut sans doute rien de plus que les landes et les geysers d'Islande pour susciter, dans les mains du musicien, ce folk pastoral, bricoleur et éveillé jusque dans sa rêverie. Pour donner corps à cette bardée de mélodies enchanteresses, Sindri s'est entouré d'une sorte de dream-team islandaise (du genre à ne jouer au rugby qu'avec les anges musiciens), composée de membres issus de Sigur Rós, Múm ou Benni Hemm Hemm. Ceux-ci sont venus apporter à ses compositions les nuances volatiles d'une instrumentation plus riche qu'il n'y paraît (guitare, basse, trompette, banjo, flûtes, piano, glockenspiel, violon, harmonica). Ils entourent le maître d'œuvre d'une présence que la qualité de la production (travaillée volontairement lo-fi) contribue à rendre chaleureuse, vibrante. Voilà le genre de disque parfait pour soigner une plaie affective, endormir un enfant, passer l'hiver ou accueillir le printemps, attendre chez soi alors qu'il pleut dehors, se remettre du bruit des villes ou des plaintes des gens. Le genre de disque qu'on rêve d'avoir écrit, sauf que c'est lui qui l'a fait. Merci Sindri.

David Larre

Good Morning Scarecrow
Cat Piano
Libraries
Hospital Bed
Hands Remember
I Sing I Swim
Our Waltz
Arms
Sailors Blue
Lost Watch
Summer Bird Diamond
Seashell



Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews