Spoke Orkestra - N'existe pas

19/12/2007, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SPOKE ORKESTRA - N'existe Pas
(Basaata Productions/ Musicast) [site] - acheter ce disque

SPOKE ORKESTRA - N'existe Pas S'il ne devait rester qu'une formation de slam mémorable dans quelques années, ce serait Spoke Orkestra. Soit l'association inédite de trois personnalités jouteuses et complémentaires et du musicien Franco Mannara. Mais parlera-t-on encore de slam à leur égard ? Rien n'est moins sûr, tant Spoke se joue des codes esthétiques, musicaux, littéraires pour inventer sa propre voix.
Après un premier album sobrement intitulé "Interdits aux Mineurs", paru en 2004, qui faisait déjà l'effet d'une paire de claques, il récidive avec "Spoke Orkestra n'existe pas", un disque poisseux qui mixe chroniques urbaines peintes au vitriol et musiques blafardes aux accents de "Manège Enchantée", de blues hybrides, de punk cracra ou d'électro insomniaque. Une sorte de chant des sirènes à trois voix, entonné par des anges exterminateurs. Nada, d'abord, fasciné par le monde de la nuit, semble annoncer la fin des temps d'un ton emphatique ("Les Gens", "Mr Jacques"). Felix Jousserand, as de l'ironie et du name-dropping, joue les sales gosses effrontés, ceux qui disent toujours la vérité bien en face ( "J'accepte", "Le Syndrome du Polo vert et marron rayé"). D', le sage, use de son timbre guttural d'ancêtre africain pour ausculter la cité et ses rapports humains dévastés ("On vit là"...).
On l'aura compris, Spoke Orkestra met tout le monde dans le même panier et n'épargne personne. Ni la racaille qui tient le mur, ni la petite bourge qui sniffe sa coke le samedi soir, ni le transsexuel seul dans sa chambre de bonne, ni le consommateur lambda, chair à saucisse des sondages marketing. France d'en-haut et France d'en-bas, même malaise. Celui de devoir supporter la vie tout court, son cynisme et sa loterie intolérable. Ambiance pesante, donc, glauque parfois mais jamais irrespirable. Car le collectif aime ses personnages jusqu'à la schizophrénie et pratique un slam d'ouverture en invitant d'autres francs-tireurs (Abd el Haq, Serge Teyssot-Gay, Gilles Coronado, Greg Slap)... Spoke Orkestra ou le cancer que l'on ne veut pas voir !

Luc Taramini

A lire également la chronique de la compilation Bouchazoreill

Beauté Déviante
Les Gens
On vit là
Si un punk c'est ça
Kailleras Park
J'accepte
Plus jamais seul
Le syndrome du polo vert et marron rayé
Sorts cuts
Ma mère
Kiffe la merde city
Les nouvelles synthèses
Visions
Mr. Jacques
Silver silhouette
Infréquentables

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews