The Strange Boys - Be Brave

album de la semaine du 14/04/2010, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE STRANGE BOYS - Be Brave
(Rough Trade / Beggars) [site] - acheter ce disque

THE STRANGE BOYS - Be BraveL'histoire de The Strange Boys est banale. Deux potes de lycée originaires d'Austin forment un groupe et ont assez de talent pour que la sauce prenne. Quelques EPs plus tard, la formation est stabilisée et les choses sérieuses peuvent enfin commencer. Avant ce "Be Brave", le groupe avait déjà torché un premier disque en 2009 ("The Strange Boys And Girls Club") sur le label "In The Red" où Jay Reatard et Jon Spencer Blues Explosion firent leurs premières armes. Passés chez Rough Trade, ils récidivent avec un deuxième LP aussi spontané qu'une poussée d'acné juvénile, aussi désinvolte dans la manière qu'efficace dans le fond. Ryan Sambol, le songwriter attitré du groupe, et ses coyotes brassent boogie woogie crade, surf music dévoyée et folk nasillard dans un esprit garage joyeusement foutraque. Et pourtant ces garçons le jurent la main sur le cœur, toutes ces histoires d'influences musicales leur passent au-dessus de la tête. A peine sont ils capables de citer l'influence de leur pote Julian Casablancas et ses dinosaures de Strokes, le frère de lait Kurt Vile ou les cousins éloignés de Deerhunter. Bien sûr, eux ce qu'ils veulent, c'est juste écrire des bonnes chansons qui sonnent, avec l'espoir de réinventer la poudre. Ben voyons. Tout s'influence, se digère et se recrache (qu'ils demandent au Black Lips un peu pour voir !). Alors, on ne leur en voudra pas de faire sonner "Friday In Paris" ou "Between Us" comme un vieux disque de Dylan ou des Stones (période "Highway 61 Revisited" et "Aftermath"), de convoquer par inadvertance MC5 et The Animals dans un jam qui aurait la mémoire courte. Retenez simplement que ces Texans affichent un talent crâne pour trousser des morceaux catchy ou tire-larmes avec des guitares rouillées, des voix de chats étranglés, des saxs et des orgues poussifs ("Be Brave", "Night Might")

Je m'en voudrais presque de me laisser attraper par d'aussi grosses ficelles si ce n'était ce petit grain sale dans le son, cette ingéniosité à jouer les poils à gratter pour ne pas servir la soupe aussi facilement. "Be Brave" est ce genre de petit hold-up musical salvateur dans la fourmilière de l'insipide et du clonage artisanal dont nous sommes si souvent abreuvés. Une brise fraîche qui dépoussière d'un seul souffle tous nos vieux disques mités et cette vieille rombière de rock'n roll pourtant increvable.

Luc Taramini

acheter ce disque

I See
A Walk On The Bleach
Be Brave
Friday In Paris
Between Us
Da Da
Night Might
Dare I Say
Laught At Sex, Not her
All You Can Hide Inside
The Unsent Letter
You Can't Only Love When You Want To

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews