The Strugglers - You Win

27/12/2005, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE STRUGGLERS - You Win
(Acuarela / Differ-Ant) [site] - acheter ce disque

THE STRUGGLERS - You WinLe royaume alt-country est un petit monde où chacun s'épie du coin de l'œil, puisant dans le vivier commun du blues, du rock us et de la country chauvine, c'est-à-dire la musique des blancs-becs et des prolos américains. Comme toutes les communautés autarciques, le risque de dégénérescence est grand et l'on est bien en droit de se demander si The Strugglers, formation à géométrie variable originaire de Caroline du Nord, sera capable d'injecter un peu de sang neuf. A la première écoute, franchement, la réponse n'est pas évidente. Brice Randall Bickford II et ses hommes tentent de nous séduire avec un troisième album - le premier à nous parvenir réellement - teinté d'influences rurales qui nous rappellent fortement Palace, Iron and Wine ou encore Magnolia Electric Co. Alors, pourquoi me direz-vous, s'évertuer à creuser la veine d'un genre que Will Oldham a magistralement exploré, réussissant une synthèse personnelle entre répertoire traditionnel et une sorte d'avant-garde rock lo-fi ? Sans doute parce qu'il est encore possible d'émouvoir avec une voix fêlée à mi-chemin entre le timbre chevrotant de Jason Molina et celui plus nasillard de Michael Stipe, parce que les arrangements délicats de violons et de piano tissent des teintes pastel de toute beauté, parce que les guitares électriques savent être virulentes sans saillies encombrantes, parce qu'enfin, il émane de ce disque une fragilité humaine à mille lieues du cliché du cow-boy macho qui prend la route. The Strugglers, comme d'autres artistes pré-cités, montrent le côté obscur de l'Amérique, celui des cœurs solitaires perdus au milieu de nulle part, des sensibilités à fleur de peau, capables de poésie et de pudeur quand, tout autour, on ne vante que le pouvoir des armes, le culte de la liberté et du profit. C'est la voix d'une résistance passive cultivant son spleen face à un horizon bouché (comme avec les non-dits des films de Michael Cimino).
A force de nous émouvoir avec des compositions humbles et rugueuses, The Strugglers forcent notre respect. Et tant pis s'ils n'inventent rien, le groupe ajoute quand même sa touche de couleurs sur la toile de l'âme humaine. Quand ils entament au piano la ballade finale "You Win", on sait que c'est tout le contraire et que ce sont des perdants magnifiques.

Luc

The Rejection Letter
Racing Down One Path
Being Shown Blues
The Dissapeared
Necrophilia
The Cascade Range
I Tried to repair
Distant Demands
You Win

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews