The Ting Tings - We Started Nothing

09/07/2008, par Christophe Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE TING TINGS - We Started Nothing
(Sony BMG) [site] - acheter ce disque

THE TING TINGS - We Started NothingEt hop ! C'est reparti pour une sensation de l'été avec The Ting Tings, le duo le plus sexy du moment. Et c'est vrai que la charmante Katie White et son batteur Jules de Martino n'y vont pas par quatre chemins pour décocher les flèches de leur premier album "We Started Nothing" : ils nous offrent un cocktail détonnant composé d'un quart de pop et de douceur, un quart d'agressivité toute punk, un quart de dance aux accents electro-soul-funk et un quart de provocation glamour. Et même si les proportions changent en fonction des morceaux, si le mélange laisse parfois un peu trop entrevoir ses ingrédients d'origine (voire fait quelques grumeaux), de tels breuvages ne devraient pas tarder à nous faire tourner la tête !

On passera vite sur le premier titre, le tubesque mais pas vraiment excitant "Great DJ" pour se pencher sur le cœur de l'album ; à commencer par "That's Not My Name" qui allie avec une stupéfiante habileté une intro aux accents soul, puis le phrasé extrêmement pugnace de Katie White (passée par l'école girls band) et pour finir une mélodie pompée sans vergogne sur le "Silly Love Song" du sieur McCartney : extrêmement efficace. Ensuite, c'est le défilé : après un "Fruit Machine" très pop, "Traffic Light" est une bluette maligne mêlant sentiments et signalisation routière : rigolo ! "Shut Up and Let Me Go" (par ailleurs utilisé dans une pub) s'appuie sur un riff de guitare des plus funky et, une nouvelle fois sur la voix frondeuse et protéiforme de la chanteuse. "Keep Your Head" marque un peu le pas mais "Be the One" reprend les choses où Robert Smith les as laissées au milieu des années 80, avec une très bonne ballade enlevée, ornée d'un petit riff de synthé et appuyée par une ligne de basse très présente. Et ce n'est pas tout car on tient avec "We Walk" et sa rythmique implacable un des meilleurs titres de l'album. Même l'improbable magma de "Impacilla Carpisung", avec ses chœurs piqués chez Electrelane, réussit à nous réjouir... avant que nous ne déchantions sur la toute dernière chanson dont le final a la fâcheuse tendance à nous rappeler, à nous francophones, le "Andy" des Rita Mitsouko, tout aussi pop mais autrement plus élastique et bondissant.

Mais bon, même si l'on choisit d'écarter un ou deux titres, même si l'on ne se fait pas forcément d'illusions sur l'avenir d'une telle étoile filante, on ne boudera pas notre plaisir et cigale, plus que fourmi, on ira danser sur la musique des Ting Tings tout l'été.

Christophe Dufeu
Great DJ
That's Not My Name
Fruit Machine
Traffic Light
Shut Up and Let Me Go
Keep Your Head
Be the One
We Walk
Impacilla Carpisung
We Started Nothing


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews