Washington - A New Order Rising

16/08/2005, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

WASHINGTON - A New Order Rising
(Glitterhouse / Chronowax) [site] - acheter ce disque

WASHINGTON - A New Order RisingLa musique de Washington, groupe dont le nom indique clairement l'origine norvégienne, s'épanouit sur ce premier album dans un style americana des plus repérables : slide-guitar, harmonium et pedal-steel, morceaux étirés en de somptueuses explorations sonores qui dressent une sorte de géographie mentale du groupe, ou tournent un road-movie romantique pour auditeurs en mal de sensations, tout y est.
Mais, heureusement pour le groupe, dont les qualités le distinguent aisément des autres bonnes formations norvégiennes tournées vers les States, tout n'y est pas prévisible. La voix de Rune Simonsen, tout d'abord, qui monte aux même aigus que Thom Yorke ("Bluebird", "Hymn" ou "Velvet Room" rappellent un peu les ballades de "The Bends") et approche parfois les graves de Jim Morrisson (l'intro "plus Doors que ça, je dors au Père-Lachaise" de "Maker of Time"), serpente et frissonne, se tend et se relâche (les "Yeah" du morceau d'ouverture), joue des effets de présence et d'absence, sans donner pour autant dans la pure séduction. Un petit sortilège que les parties instrumentales, dans leurs lacis captivants, laissent parfois désirer avec violence (cinq minutes d'ouverture pour "A Long Poem About the Acts of Heroes or Gods" avant que la voix ne tombe, presque par hasard, pour d'ailleurs ne pas s'attarder outre mesure).
La voix, qui a aussi ses afféteries et ses notes "difficiles", ne plaide pas toute seule en faveur de cette musique : dans un registre moins spectaculaire, mais tout aussi enivrant sur la durée, il y a les qualités mélodiques du groupe. Que ce soit à travers les dentelles légères tissées au piano ou à la guitare, la ponctuation discrète d'un violon, la mélancolie de l'harmonium, quelques digressions proches du jazz, les chansons travaillent la durée jusqu'à la suspension du temps et de l'espace, développent lentement leurs effets, imaginent en cours évolutions et ruptures, cherchent l'évasion. Ni cérébrales, ni improvisées, elles portent la marque d'une inspiration assez constante et d'une légèreté d'exécution appréciable. Élégant, expressif, "A New Order Rising" ne révolutionne sans doute pas le genre, mais lui permet de gravir quelques degrés de plus vers un ciel serein.

David

Black Wine
Landslide
Walking Man
Have You Ever
Bluebird
Maker of Time
Riverrun by Night
Hymn
A Long Poem About the Acts of Heroes or Gods
Velvet Room
My Sea

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews