Loading...
Disques

Slumber Party – Slumber Party

SLUMBER PARTY – Slumber Party
(Poptones)

SLUMBER PARTY - Slumber PartyJ’arrive vaguement à comprendre pourquoi certains ont milité en faveur de l’interdiction du port de la barrette en plastique de couleur vive dans les cheveux courts des filles en anorak… pourquoi des groupes comme Talulah Gosh/Heavenly leur tapent sur le système… pourquoi la tweepop leur paraît si naïve qu’elle en devient mièvre. Slumber Party est aussi un groupe de quatre filles qui font de la Pop tendance Shop Assistants/Heavenly et pourtant il n’y a rien de twee dans ce disque. Sans doute parce que les influences qui viennent à l’esprit, outre les groupes de pop anorak dont je viens de parler, sont – tenez vous bien – le Velvet dans ses moments les plus doux ou Galaxie 500.
Avec des références pareilles, il faut faire gaffe. Et pourtant, ce sont bien le Velvet et Nico qui nous sautent aux oreilles sur un morceau comme "I Don’t Mind"… ce sont bien les guitares de Galaxie 500 qu’on croit entendre au détour de la plupart de ces chansons diablement bien ficelées. C’est aussi la saturation des guitares qui fait de Slumber Party (le disque) autre chose qu’un simple album de tweepop et de Slumber Party (le groupe) une des formations les plus intéressantes de ces derniers mois. Dès que vous aurez entendu ce disque, vous regretterez le "top" que vous avez envoyé à POPnews il y a quelques semaines : il mériterait de bouleverser tous les palmarès 2001, tout comme l’album de The Aislers Set, "The Last Match", avait mérité de bouleverser tous les palmarès 2000…
Je ne sais pas trop qui elles sont, ces quatre filles, ni même si elles portent des barrettes dans leurs cheveux. Elles viendraient de Detroit et la chanteuse, Aliccia Berg, aurait contribué au décryptage du génome humain grâce à un mystérieux mémoire de biologie moléculaire. Je n’ai vu aucune photo d’elles, à part celle qui se cache derrière les motifs psychés de la pochette Poptones, et finalement, c’est peut-être mieux comme ça. On va les laisser dans leur slumber party sans les déranger et se contenter d’écouter leur disque sombre, magnifique et exaltant… de préférence quand tout est silencieux autour, quand on a un peu mal à la tête, quand il est tard le soir (à moins qu’il ne soit tôt le matin).
Je n’arriverai jamais à comprendre pourquoi certains militent en faveur de l’interdiction du port de la barrette en plastique de couleur sombre dans les cheveux courts des filles en anorak.

Stéphane

Sooner or later
Certain versions
Strawberry Sunday
Trouble of my own
Any other day
Why do I care
Fantasy
Ten little pills
All in the way
I don’t mind
Retaliation
Blue sky
I’m an example

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.