Loading...
DiversNews

Adieu Olivier

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris ce mercredi le décès d’Olivier Libaux à l’âge
de 57 ans. De lui, on retiendra bien sûr son rôle de capitaine de Nouvelle Vague, cette aventure collective lancée avec Marc Collin qui l’aura occupé ces 17 dernières années. L’idée a priori improbable de réarranger en acoustique façon bossa des classiques de l’époque new wave et de les faire interpréter par un casting de chanteuses régulières ou plus occasionnelles lui apporta le premier vrai succès discographique et scénique – des tournées dans le monde entier – de sa carrière. Bien avant cela, à la fin des années 80, Olivier Libaux avait formé Les Objets avec Jérôme Rousseaux, tentative réussie de marier des textes en français avec la pop ligne claire des Go-Betweens, Smiths ou Monochrome Set (dont ils avaient génialement adapté dans notre langue “The Jet Set Junta”). A défaut d’affoler les charts, leurs deux albums (réédités en 2016) firent le bonheur de la critique et de quelques auditeurs qui ne se reconnaissaient ni dans l’immuable variété française, ni dans le rock alternatif d’alors. Dans les années 2000, ses ambitieuses comédies musicales “L’Héroïne au bain” et “Imbécile” (porté à la scène, notamment celle du Café de la danse à Paris), réunissant la fine fleur de la chanson pop d’ici, connurent à peu près le même sort injuste.
Le carton de sa petite “ent-reprises”, de Tokyo à San Francisco, avait donc tout d’une revanche sur la vie, mais Olivier Libaux le savourait en homme de l’ombre, glissant au répertoire du groupe une pincée de compositions originales comme le délicat “La Pluie et le Beau Temps”, et poursuivant en parallèle des projets qui lui tenaient à cœur tel cet étonnant recueil de covers de Queens of the Stone Age – validé par Josh Homme himself –, sur le même modèle que Nouvelle Vague, avec une distribution internationale 5 étoiles : Rosemary Standley de Moriarty, Clare Manchon de Clare and the Reasons, Inara George, Ambrosia Parsley de Shivaree, Emiliana Torrini, Alela Diane… Ou le beau livre-CD jeunesse “La Guitare dans la vitrine”, illustré par Jean-François Martin.

Nous adressons une pensée émue à sa famille, à ses amis, aux musiciens et chanteuses de Nouvelle Vague. La gentillesse, la générosité, la modestie et l’enthousiasme de cette homme aussi grand par la taille que par le talent vont beaucoup nous manquer.

Ci-dessous, une petite sélection de vidéos pour retracer sa riche carrière :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *