Aurélien Merle - Le Jeu des balcons mal fermés

20/12/2005, par Christophe Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

AURÉLIEN MERLE - Le Jeu Des Balcons Mal Fermés
(Autoproduit)

AURÉLIEN MERLE - Le Jeu Des Balcons Mal FermésDès les premières notes - une guitare mélancolique et un orgue qui serpente sur la mélodie - Aurélien Merle ouvre les portes de son univers, entre folk-rock et chanson élaborée, fait de morceaux soyeux et mélancoliques, à l'écriture méticuleuse. Merle mise - à juste titre - sur la force de ses textes, doucement surréalistes et poétiques, sans emphase et bien mis en valeur par les mélodies subtiles ; ou sont-ce les mélodies qui bénéficient de la richesse des paroles ? Peu importe en fait puisqu'on retrouve dans les unes comme dans les autres ce même désir de tomber juste : "Au loin s'avance un continent / Sa terre est chaude, rude sous la main / La main s'élance presque à portée / Puis caresse sagement l'océan".

Bien sûr, compositions et arrangements ne sont pas sans évoquer quelques artistes connus : la démarche semble assez proche de celle d'un Florent Marchet, les parties instrumentales - et certains titres - rappellent Tiersen, les nappes de cordes synthétiques de "La Dérive" lancent un clin d'œil au Manset de "La Vallée de la paix" ; et puis, sur "La Cantatrice fauve", premier duo agrémenté de vibratos de guitares, l'analogie avec le couple Dominique A/Françoiz Breut" est assez frappante. Mais bon, pourquoi s'en plaindre puisque l'on touche là à ce que la chanson française fait de mieux ?

Les duos, j'allais y venir justement, viennent mettre une pincée de malice dans cet album (on peut penser à l'énergie mutine des Elles) ; parce que la très jolie voix de Nathalie Pizette se prête à merveille à cet exercice, parce que les paroles prennent là un côté espiègle qu'elles n'ont pas forcément autant dans le reste de l'album, mais aussi parce que Merle a l'intelligence de privilégier la légèreté en restant concis.

En neuf titres et à peine trente minutes, Aurélien Merle, dont c'est le second album, nous offre une belle poignée de morceaux, dosant savamment ambiances intimes (superbe "La Dérive"), rock (belle énergie sur "Prison") et chanson. Une belle plume...

Christophe Dufeu

PS : A noter, un site web vraiment chouette !

Mon héros
La cantatrice fauve
Le plus bel effet du hasard
Interlude
Prison
C'est dimanche
Artemis
La dérive
Pieds nus



Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews