David Thomas Broughton - Crippling Lack

02/11/2016, par David Desmont | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

David Thomas Broughton - Crippling Lack

Apparu dans le paysage musical en 2005 avec l’intense “The Complete Guide To Insufficiency”, constitué de cinq morceaux et totalisant moins de quarante minutes, le singulier David Thomas Broughton nous livre cette année une œuvre qui pourrait aisément servir de bande originale de film, au minimum partiellement. L’objet est (uniquement) un triple album vinyle, offrant une heure et quarante minutes de tout ce qui fait habituellement le sel de l’art du Britannique : mots intrigants portés par une voix hautement habitée qui n’est pas sans rappeler celle d’Antony Hegarty, arpèges de guitare délicates et hypnotiques devenant parfois sauvages et rêches, libertés instrumentales prenant de faux airs de laisser-aller et quelques sonorités venues de nulle part. Enregistré en France en 2012 alors que son auteur résidait à Pyongyang (sic), ce disque exigeant a bénéficié de la précieuse contribution d’artistes provenant de divers horizons, notamment Beth Orton, Sam Amidon, Aidan Moffat ainsi que le français Olivier Minne, chanteur-guitariste au sein des groupes Luminocolor, Peru Peru et Vilain, à ne surtout pas confondre avec son homonyme, le Monsieur Gonflette des jeux télévisés.


On comprend qu’on a affaire à un disque important lorsque défilent des morceaux du calibre de "Beast", imbibé d’un spleen au degré particulièrement élevé, "Concrete Statement", dans lequel il se passe quelque chose d’indéfinissable, et "Dots", aux considérations saillantes ("Dots upon dots upon dots of patient fretwork / A persistent fight in the hope that all the drugs that you are not taking / Are not limiting your potential") galvanisées en grande partie par la rythmique énergique du batteur hexagonal Bastien Loufrani (Oui Mais Non) et soulignées par le violoncelle de son compatriote Timothée Couteau. Par ailleurs, gageons que la réjouissante intervention de l’Écossais Aidan Moffat sur "Words Of Art" saura ravir les fans d’Arab Strap en manque de nouveau matériel, tandis que le chant de la bien-aimée Beth Orton sur "Beast Without You" amènera probablement à David Thomas Broughton un nouveau type de public. C’est du moins ce qu’on lui souhaite.

Pour les mélomanes acquis à la cause depuis les débuts de l’énigmatique artiste, la pièce maîtresse de ce recueil pantagruélique de folk songs mutantes sera peut-être "I Close My Eyes", soit seize minutes et dix-huit secondes qui évoquent presque l’état de transe d’un rituel ancestral sur certains passages. Ce titre passionnant aux allures d’enchaînement de mantras finit par se transformer, se découdre, se dissoudre. Au final, il s’agit d’un album pour lequel il conviendrait de s’abandonner totalement, de laisser tomber toute affaire en cours. Pas de textos, pas de paperasse pour la banque ou l’assurance, non : il suffirait juste d’allumer une bougie vers vingt-trois heures et de s’autoriser un lâcher-prise total sur le canapé-lit. Assurément un vœu pieux, hélas, au vu de la durée de cette merveille et du rythme effréné de nos vies.



Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


  1. A1 Crippling Lack Pt. 1
  2. A2 Beast
  3. A3 Words Of Art
  4. B1 Silent Arrow
  5. B2 Dots
  6. C1 River
  7. C2 Concrete Statement
  8. D1 I Close My Eyes
  9. E1 Crippling Lack Pt. 2
  10. E2 Gulf
  11. F1 Beast Without You
  12. F2 Plunge Of The Dagger

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals