Death Vessel - Nothing is Precious Enough for Us

21/10/2008, par David Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DEATH VESSEL - Nothing Is Precious Enough For Us
(Sub Pop / PIAS) [site] - acheter ce disque

DEATH VESSEL - Nothing Is Precious Enough For UsAvec son nom de mauvais groupe de hard rock, et son folk à voix féminine et fragile, Death Vessel ne partait pas favori. Ayant obsessionnellement écouté le fabuleux "We Walked in Song" de The Innocence Mission l'an dernier, j'eus tôt fait de voir dans cet album un clone raté du groupe de Karen Peris. Encombré de cette apparente filiation, j'eus quelques difficultés à me dépêtrer de premières écoutes moyennement enthousiasmantes, puis je lus "Orgueil et Préjugés", réécoutai l'album, et y trouvai quelques bijoux, dissimulés sous quelques couches d'influences parfois mal dégrossies. Mea culpa.
Bon, j'ai quelques excuses, et en premier lieu les influences en question, notamment une country un peu caricaturale sur une petite moitié des morceaux : l'un des motifs récurrents de l'album est la basse alternée, très western banjo yipee yeah. Etonnamment, les morceaux qui se servent de cette base sont souvent les meilleurs, tant les enchaînements mélodiques sont bien sentis (cf le superbe "Obadiah in Oblivion"). Dans un registre plus propice aux bons morceaux, appelons ça le folk cool, on trouve aussi quelques petites perles : des morceaux souvent tranquilles mais jamais franchement lents, qui, sans chercher à faire de l'épate, déroulent des constructions subtilement équilibrées, qui ressemblent tantôt à des comptines mélancoliques (le chouette "Block My Eye" qui introduit l'album), tantôt à une pop folk lyrique et ample ("Peninsula").
Et puis, il y a la voix de Joel Thibodeau, qui, disons le tout de suite, est a) le pilote et seul membre officiel de Death Vessel, b) un homme - oui vous avez bien lu, et bien entendu cette voix de soprano qu'on jurerait féminine. Un peu déconcertante sur les premières écoutes, celle-ci devient vite la pièce maîtresse de compositions pourtant subtilement instrumentalisées : sur une base guitares / banjo / batterie viennent se greffer divers instruments parfois anecdotiques (orgue, mandoline, harmonica, verre de vin, fer de rail). Mais c'est la voix qui emporte la mise, notamment sur des refrains qui s'envolent doucement vers un lyrisme inattendu, dans des paroles à l'imagerie débridée.
Dans ces conditions, peu importe si un tiers des morceaux est assez dispensable, si un solo guitare par ci, une montée de batterie par là, sont un peu loupés. "Nothing Is Precious Enough for Us" offre de belles surprises. Inégale, mais touchante et traversée de fulgurances, la musique de Death Vessel vaut bien une écoute assidue, ou pour éviter le délai, une écoute sans préjugés. Merci à Jane Austen.

David Dufeu

Block My Eye
Jitterakadie
The Widening
Bruno's Torso
Obadiah In Oblivion
Exploded View
Fences Around Field
Peninsula
Circa
Belt of Foam
Taken Up Again


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews