Dictaphone - Vertigo II

16/05/2006, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DICTAPHONE - Vertigo II
(City Centre Offices / La Baleine) [site] - acheter ce disque

DICTAPHONE - Vertigo IIEn donnant le titre de Vertigo à leur deuxième album, après "M.=Addiction" sorti en 2002, Olivier Doerell et Roger Döring voulaient-ils rendre hommage à Hitchcock et plus généralement au Septième Art comme source principale de leur inspiration ?
Il est vrai que les textures délavées de ce disque peuplé d'extraits de dialogues possèdent une dimension cinématographique proche de l'univers de Cinematic Orchestra et conviendraient à merveille à la BO d'un film (si possible muet et en noir et blanc). Tout au long de cet album conçu en chausse-trappes et faux rythmes, Dictaphone propose une dérive musicale sur lit de samples et de mixtures électroniques désincarnés qui (heureusement) s'humanisent au contact de vrais instruments : basse, accordéon, saxophone et clarinette. Mais ce canevas electro, aussi chic et ouvragé soit-il, donne l'impression de dormir sous la glace d'un paysage hivernal. Habitués à officier pour le compte du théâtre et de la danse, les deux compères du label germano-mancunien City Centre Offices ont encore du mal à s'affranchir des automatismes du design sonore pour proposer un disque cohérent et chaleureux. Trop de silences embarrassants, trop d'attentes entre deux décollages nuisent à la qualité de l'écoute. L'attention baisse à plusieurs reprises et l'esprit perd le fil de la narration. Bien sûr, "Vertigo II" offrent aussi des raisons de s'enthousiasmer avec des compositions plus pop comme "Rising Animal", "Ytinav" et "The Frame" (Craig Armstrong n'est pas loin) ne demandant qu'à accueillir une voix et qui, à défaut, explorent jusqu'au bout une idée mélodique. Malheureusement, ces moments où le disque prend son envol sont trop rares, trop espacés. A défaut de donner le vertige, Dictaphone nous promène dans un paysage désolé où ne subsistent que des lambeaux de vies anémiées et où la mémoire devient parcellaire. Cette nonchalance esthétique, tout en ellipses et préciosité, peut plaire ou agacer.

Luc

Rising Minimal
Night Rain
K1
K2
Jarszewko
The Last Song
Ytinav
Vertigo II
The Frame (1-94-1)
Dictaphone II
Le Chasseur (Danke)
Pol/Bruxelles

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews