First Aid Kit - the Big Black and the Blue

06/04/2010, par Pierre Gourvès | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

FIRST AID KIT - The Big Black And The Blue
(Cooperative Music) [site] - acheter ce disque

FIRST AID KIT - The Big Black And The Blue Il faut bien le reconnaître, la Scandinavie constitue depuis quelques années le berceau d'un certain renouveau pop, à l'abri du formalisme de ses voisins britanniques. Ce qui séduit n'est pas tant le côté "pop importée" que la sincérité débordante avec laquelle sa musique nous parvient, dont le mélange des genres s'avère moins pompeux et tortueux. Les jeunes premières (et Suédoises) de First Aid Kit, qui s'illustrent donc brillamment à cet exercice, viennent s'ajouter à ces réussites tout droit venues du Nord comme le furent Moneybrother, Anna Ternheim ou encore la norvégienne Ane Brun.

Après un premier EP à l'esprit pop folk plutôt réussi en 2008 ("Drunken Trees"), les deux soeurs se sont retranchées sur des airs aux sonorités davantage orientées country et blues, aidées toujours par l'engouement familial originel. Dès l'ouverture de l'album - "In The Morning" - , on est pris par cette curieuse nostalgie, littéralement captivés, de souvenirs en souvenirs, par ces voix chantant presque à l'unisson. La magie fait son effet alors qu'on enchaîne les ballades tantôt calmes ("Ghost Town", "Wills of the River"), tantôt énergiques mais ne cassant jamais le rythme initial ("Hard Believer", "A Windows Open", "I Met Up With a King"). Là où les plus exigeants n'y verront qu'une "soap pop" un peu plate en balancement perpétuel soutenue par une instrumentalisation des plus dénudées, les autres, au contraire, s'emballeront pour ces mélodies simples structurées autour d'une enivrante rythmique à la guitare et portées par un chant en poupe.

Après "Josefin", morceau charnière de l'album, le duo expose toute l'étendue de leur talent en s'essayant à des sonorités moins communes. Pour peu, on y verrait presque source de renouvellement pour un groupe qui peine tout de même à se détacher du registre dans lequel il évolue. "The Big Black and the Blue" s'entend surtout comme un premier pari réussi pour ces deux soeurs de quinze et dix-huit ans qui ont su accoucher d'un album très classique mais non dénué d'un certain charisme. Nos deux chanteuses ont privilégié la fraicheur de la Scandinavie et ses longues nuits d'hiver au coin du feu à la chaleur estivale dégagée par leurs homologues norvégiens de Kings of Convenience, derrière lesquels elle se hissent fièrement.

Pierre

acheter ce disque

In the Morning
Hard Believer
Sailor Song
Waltz For Richard
Heavy Storm
Ghost Town
Josefin
A Window Opens
Winter Is All Over You
I Met Up With the King
Wills of the River

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog