Flotation Toy Warning + Maison Neuve, Bordeaux, le 24/10/2011

01/11/2011, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Fidèle à mon habitude, c'est ric-rac que j'arrive au Rocher de Palmer. Le temps de parcourir les longs couloirs de la salle, de dire bonjour aux gens de Talitres (après tout, c'est leur soirée), je rentre dans la salle alors que Maison Neuve, dont on vous a vanté les qualités de l'album (oui, "Joan"), est sur scène. Je me pose, non sur un fauteuil (il y en a) mais par terre, histoire de prendre quelques photos. Ah, et aussi parce que je suis fatigué.

Maison Neuve - Cenon, Octobre 2011

Eux, ils ne semblent pas l'être, au contraire. Je les trouve pleins d'entrain, les quatre de Maison Neuve. A l'aise dans leurs riffs, leurs mélodies, les musiciens déroulent sans ronronner leur pop aussi séduisante qu'efficace, qui gagne à être relevée comme elle l'a été, avec des guitares un peu plus acérées, un chant moins policé et plus généralement un petit grain de folie qui est le bienvenu. En un set de 45 minutes, Maison Neuve fait plus que bonne impression, déploie des mélodies au charme certain, des textes intéressants, une vraie générosité dans l'attitude et une musique qui s’accommode aussi bien du caractère calme de la salle que de sa nervosité mélodique. Une belle réussite, ou plutôt une confirmation pour ce groupe, que l'on espère lancé vers un avenir brillant.

Flotation Toy Warning draine derrière lui un parfum plus mystérieux, du style "le groupe que l'on voit une fois, mais dont on se souvient longtemps". Combien dans la salle étaient déjà présents en 2005 (2006 ?) lors de leur passage avec The National (époque "Alligator") ? Visiblement pas mal. Alors, ils n'ont pas de nouveau disque sous le bras, les Anglais : enfin si, un 45 tours de deux titres, datant de... 2009 et 2010. Mais l'attente est perceptible, la salle bien plus garnie que pour les Français, et "Bluffer's Guide to the Flight Deck" dans tous les esprits. Le calme se fait, les musiciens prennent place dans une ambiance respectueuse et sereine.
Flotation Toy Warning, Cenon, octobre 2011
Et c'est ce qui ressort rapidement des mélodies : un mélange soyeux entre des orchestrations de toute beauté qui s'entremêlent à un chant passionné, qui fait monter les ambiances dans une espèce de chapelle pop aérienne. C'est d'une réelle élégance, et on sent que Paul Carter, par ailleurs leader charismatique et charmeur avec le public, se plaît à dérouler un univers qui ne ressemble à aucun autre. On sent un travail de chaque instant pour détacher les morceaux de toute pesanteur, même s'ils restent parcourus par un fil conducteur qui les relie avec naturel entre eux, tout comme les tenues des musiciens (tout de noir vêtus) pose une ambiance, à la limite d'une certaine préciosité. Mais les Flotation Toy Warning sont ainsi, insaissiables, capables d'offrir un set d'une heure et quinze minutes magnifique et unique, à leur image. J'espère ne pas avoir à attendre 6 ans pour les revoir...
Flotation Toy Warning, Cenon, octobre 2011

Merci à Guillaume de Talitres et au Rocher de Palmer

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews