Fujiya & Miyagi - Interview

20/04/2011, par Guillaume Sautereau | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

C'était en décembre, Steve Lewis et David Best étaient de passage à Paris pour promouvoir le nouvel album de Fujiya & Miyagi, "Ventriloquizzing". A quelques heures du début d'une tournée française, retour sur cet entretien.

Votre nouvel album arrive près de deux ans après le précédent. Comment le décririez-vous par rapport à celui-ci ?

David : Dans le petit monde de Fujiya & Miyagi, c'est un album très différent. Il a un aspect plus sombre, plus dense. Je pense qu'il a plus de substance.

Steve : Nous avons travaillé avec un producteur, Tom Monahan. Le fait que quelqu'un d'autre soit impliqué a beaucoup joué sur cet aspect. Alors qu'avant nous travaillions toujours sur notre ordinateur, que ce soit pour l'écriture ou pour la production, avec Tom, nous avons utilisé des amplis.

David : Comme un vrai groupe !

Steve : Dans un vrai studio, d'une façon plus traditionnelle, avec des guitares, des pédales de guitare !

David : Il y a beaucoup de sons différents de guitare, par exemple.

Steve : Et en conséquence, il y a plus de profondeur sonore, si cela veut dire quelque chose. Peut-être que pour les auditeurs, la différence sera plus subtile qu'elle l'est pour nous. Pour nous, c'est vraiment très différent.

Fujiya & Miyagi

C'était la première fois que vous travailliez avec quelqu'un d'extérieur ?

David : Oui, nous avions toujours fait la production seuls. 

Vous en avez ressenti le besoin ?

David : Nous avions besoin d'un nouveau bidon de peinture (rires). J'aime beaucoup "Lightbulbs" et "Transparent Things", mais d'une certaine façon ils sont assez semblables. Nous voulions faire quelque chose de différent, avoir différentes tonalités. Sinon cela aurait été ennuyeux pour nous. Et puis nous voulions prendre notre temps. "Lightbulbs" avait été fait presque brutalement. J'aime l'idée de faire les choses ainsi, pour conserver une certaine spontanéité, mais je pense que ce disque-là nécessitait de mijoter, de prendre son temps.

Steve : Il fallait aussi qu'on remette un peu en question nos habitudes de production, quitte à chambouler un peu nos acquis.

Vous avez passé deux années à travailler sur ce disque ?

David : Non ! Nous avons eu des enfants. Steve a eu une fille le mois dernier, moi un peu plus tôt. Nous avons enregistré fin 2009. Mais nous ne voulions pas être loin de chez nous à la naissance de nos enfants, donc nous avons repoussé la sortie du disque et la tournée. 

Steve : L'album aurait dû sortir en septembre 2010. Cela dit, avant d'enregistrer avec Tom, nous avons passé environ six mois à écrire et préparer l'album. L'album était prêt à notre départ en Amérique. Oui, je pense que cela a pris six mois.

David : Jusqu'au mixage final, effectivement, ça a peut-être pris un an. En fait, dès qu'on a eu fini "Lightbulbs", on avait des idées qui commençaient à fermenter, on avait commencé à y penser, à écrire des textes. J'ai même gardé des textes de l'époque de "Lightbulbs" en pensant qu'elles iraient mieux avec la musique qu'on avait en tête pour l'album suivant, qui n'existait donc pas à ce moment-là, à part sous la forme de lignes de basse.

Pendant tout ce temps, vous avez continué à faire pas mal de remixes pour les autres. Est-ce qu'il y a aussi l'idée de sortir un peu de votre monde pour vous confronter à autre chose dans ce travail ?

David : Il n'y a aucune pression pour les remixes. Ce sont les chansons de quelqu'un d'autre. S'il n'aime pas le résultat, ce n'est pas grave. Ça serait arrogant de dire qu'on va rendre la chanson meilleure. Non, ce qui nous intéresse, c'est ce que nous aimons dans cette chanson, comment on peut s'y immiscer, en quelque sorte. 

Steve : Quand nous faisons des remixes tous les trois, avec Matt, nous nous y prenons d'une manière très différente de la façon dont nous enregistrons nos morceaux. Nous travaillons individuellement puis nous nous envoyons des bouts à assembler et à confronter.

David : Et nous avons des idées très différentes, donc c'est souvent mieux et plus intéressant que de s'asseoir tous ensemble autour du même morceau. Le dernier était pour Phenomenal Handclap band. On s'est vraiment amusé, c'est un remix dingue. On a essayé d'en faire de la disco cosmique !

Vous refusez des propositions de remixes parfois ?

David : Oui, parfois, pour des histoires de temps. Ce n'est pas notre activité principale, ce n'est pas notre priorité. Mais si nous aimons la chanson et que nous pouvons le faire, nous essayons de dire oui. Mais il y a quelques morceaux que nous avons aimés et que nous n'avons pas pu remixer.

Steve : Quand tu as un album à promouvoir, tu fais des échanges avec les autres artistes, nous avons fait ça avec Phenomenal Handclap Band et Erland and the Carnival, nous avons remixé leurs morceaux, ils ont remixé les nôtres.

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews