Genesis P-Orridge – Interview (1/3) : "Fossoyeurs de la civilisation"

17/05/2017, par | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Il y a un peu plus d'un an, j'avais réalisé par Skype avec Philippe Guinot (dont l'apport à cette entreprise est inestimable) une longue interview de Genesis P-Orridge (Throbbing Gristle, Psychic TV, etc.), figure déterminante de la contre-culture de ce dernier demi-siècle. Une petite partie de ses propos avaient été utilisée pour un article paru quelques mois plus tard sur le site de Télérama. Alors que Psychic TV s'apprête à revenir jouer à Paris sous son incarnation PTV3, à peu près un an jour pour jour après son précédent passage (ce sera le 29 mai à Petit Bain), il nous a paru opportun de publier le reste de cet entretien, en trois parties, en remettant simplement en forme (façon cut-up !) la logorrhée du personnage. Voici la première, les deux autres suivront bientôt.

 1

« Quand ils nous appellent des fossoyeurs de la civilisation, ma réponse est que je souhaiterais vraiment qu’il en soit ainsi, parce que je la détruirais. »

La civilisation n’était pas, dans les années 70, en si mauvais état qu’aujourd’hui. La culture britannique était détruite. Et l’establishment britannique était détruit en cela qu’il était corrompu en permanence. Et il l’est toujours. Maintenant, les gens oublient, ils se figurent que la Grande-Bretagne est un lieu de démocratie, mais c’est une monarchie. Elle est dirigée par un monarque, une reine ou un roi, qui détient un pouvoir absolu en fin de compte. Ils peuvent fermer le Parlement ; ils sont à la tête de l’armée, des forces aériennes et maritimes, de la police, de l’Eglise. Ils héritent de cela, sans qu’il leur soit nécessaire d’avoir la moindre aptitude. C’est pour moi une abomination, pas une démocratie.

Alors oui, la civilisation est détruite, mais elle l’est de plus en plus au fil des jours qui passent. Regardez les élections aux Etats-Unis [l’interview a eu lieu en mai 2016, lors de la campagne présidentielle américaine, ndlr]. Quelqu’un comme Donald Trump, qui est seulement connu pour avoir fait faillite plusieurs fois et s’être montré dans une émission stupide de télé-réalité que plus personne ne regarde, est aujourd’hui le potentiel président d’un pays qui peut anéantir des civilisations avec des armes. C’est de la folie !

1a

C’est devenu monstrueux la façon dont les pays sont dirigés, et vous l’avez constaté. Et tout le monde peut constater cet état d’esprit. La montée de l’extrémisme, le patriotisme et le nationalisme mélangés avec de stupides religions fondamentalistes ont subitement réémergé dans un esprit de vengeance ! Et c’est quelque chose de très dangereux, parce que certains pensent que c’est la récompense ultime. Et ce n’est pas une seule, mais plusieurs des religions qui ont pour dogme malsain la croyance que la mort nous apporte quelque chose. Dieu sait ce qu’ils peuvent bien penser obtenir ! C’est un monde très dangereux. La guerre et les armes nucléaires sont omniprésentes. Et les gens n’ont toujours pas réalisé le danger. Encore et toujours, ils vivent au jour le jour, s’inquiétant de ce qu’ils doivent porter, de ce qui est à la mode. Du moment qu’ils ont assez d’argent et de nourriture…

« Le pouvoir qui combat la contre-culture a réalisé que les meilleurs moyens d’empêcher la rébellion est de l’acheter dès qu’elle surgit. »

C’est au-delà du malsain et montre à quel point les gens mystérieux qui contrôlent l’establishment, ceux que William Burroughs appelait le Contrôle, ont réussi leur coup et sont devenus efficaces. Ils ont émasculé et castré la Culture. Donc c’est devenu quasi-impossible de faire quoi que ce soit qui permette de changer le regard des gens. Tout l’art, toute la musique, toute la littérature, sont là pour changer la façon dont les gens voient les choses. Vous savez, on appelle ça « saisir les moyens de perception ». C’est le vieil idiome communiste revisité : à la place de « saisir les moyens de production », on a « saisir les moyens de perception », c’est là qu’est le véritable enjeu.

Il y a une sorte de malaise dans la culture à l’heure actuelle qui rend très difficile de faire quelque chose de totalement neuf. Le pouvoir qui combat la contre-culture a réalisé que les meilleurs moyens d’empêcher la rébellion est de l’acheter dès qu’elle surgit. Et donc ils cannibalisent et sponsorisent tous ce qu’ils pensent être doté de pouvoir.

Les gens au pouvoir qui ont ce contrôle sont devenus malins. Dans les années 60, quand il y avait une rébellion qui les gênait, ils l’attaquaient physiquement, littéralement, avec les forces de l’ordre, des manifestations où des activistes étaient combattus et arrêtés. Mettre en prison des gens pour un peu de hash ou quoi que ce soit, condamner des gens pour avoir fumé un joint. Ils attaquaient, ils paniquaient ; mais quelqu’un leur a donné de bons conseils. Et désormais, quand ils voient une rébellion, ils la récupèrent, en prennent le contrôle, et la transforment en produit de consommation, en effet de mode. Et donc, la vraie rébellion consiste en des manières de penser, et ça ils ne peuvent pas l’acheter. Donc, quoi que vous ayez fait auparavant, faites le contraire ! Ils ne pourront pas s’y adapter. Ils n’ont jamais réussi à m’acheter. J’aimerais bien qu’ils viennent avec un gros chèque, et que je sois pour eux une belle acquisition ; mais ils ne m’ont jamais proposé d’argent, parce qu’ils savent que ça ne marchera pas du fait que je serai toujours un fauteur de troubles.

« Le hip-hop a commencé avec Public Enemy et se retrouve aujourd’hui avec des gens qui parlent de la taille de leur bite en buvant du champagne. »

Maintenant, c’est donc devenu de la responsabilité de l’individu de maintenir un sens de l’intégrité, et de ne pas se fourvoyer dans l’apparat. Aujourd’hui les gens forment des groupes parce qu’ils veulent de la drogue, ou des gonzesses ou n’importe quoi, ils veulent des grosses bagnoles. Regardez ce qu’ils ont fait au hip-hop. Le hip-hop a commencé avec Public Enemy et se retrouve aujourd’hui avec des gens qui parlent de la taille de leur bite en buvant du champagne. C’est un très bon exemple de la façon dont ça a été récupéré et transformé en produit. Et même les artistes tombent dans le piège, et c’est tout ce qu’ils souhaitent désormais. Quand on rencontre des jeunes, lors de conférences dans les universités par exemple, et qu’on leur demande « si vous pouvez avoir quoi que ce soit dans l’avenir, qu’est-ce que vous aimeriez ? » et qu’ils disent tous « je veux être riche et célèbre ». « Célèbre pour quoi ? » « On s’en moque, on veut juste être riche et célèbre », là, c’est exactement la fin de la rébellion.

2a

Vous savez ils se sont laissé happer… comme s’ils regardaient des papillons sans remarquer qu’ils sont pris dans les sables mouvants et vont mourir. Donc, c’est toujours un combat de maintenir une intégrité, et un sens des proportions. Je ne suis pas tenté par les choses superficielles, elles ne me parlent tout simplement pas, et ne m’ont jamais parlé. Avoir des bagnoles et tous ces trucs. Les gens avec qui je fais des projets et moi-même voyons seulement l’argent comme un moyen de faire plus de projets, de mettre en place plus de choses, de faire plus de livres, d’aider quelqu’un d’autre à s’exprimer. En dehors de cela, ce n’est pas d’un grand intérêt. Nous n’avons jamais économisé, et nous n’avons même pas d’économies à l’heure actuelle. Nous dépensons simplement ce que nous avons, comme tout ceux que nous connaissons, et on vit de semaine en semaine, de mois en mois.

Parfois nous avons de l’argent, et la plupart du temps nous n’en avons pas ; mais nous voyons l’argent seulement en terme de réalisation d’un projet, et oui, c’est difficile parce qu’ils sont sophistiqués, les gens qui sont derrière tout cela ! Il n’y en a pas tant que ça. Il y a une famille, les Sackler, qui détient les brevets de l’oxycodone (un antidouleur opiacé, ndlr), ils sont milliardaires, des milliards et des milliards, et ils savent très bien que ça provient de ventes illégales. Ou la famille Rothschild… Pourquoi aurions-nous besoin de tant d’argent ?! Vraiment, cela n’a plus de sens à partir d’un certain point, vous savez. C’est juste un nombre. Pourquoi les gens pensent que c’est important d’accumuler les nombres sur une feuille de papier ?

« C’est le travail d’un artiste de tout type, d’un musicien, d’un écrivain, de rappeler aux gens qu’ils ont du génie en eux »

Donc, c’est le système de valeurs tout entier qui a été corrompu ; et pour moi, toute création, toute créativité est un acte politique et de dévotion. Vous savez, la seule raison d’être créatif est de changer le monde pour le rendre meilleur, et d’améliorer la condition humaine en tant qu’espèce. Et ça devient vraiment difficile. Les choses sont hors de contrôle, et quand elles sont hors de contrôle, ça donne l’impression qu’il n’y a pas de solution simple. Les gens ont peur, ils deviennent paranoïaques, ils paniquent et suivent alors les extrémistes qui disent « je serai votre nouveau papa. Je vais tout régler en vous asservissant encore plus. » Et ils ne s’inquiètent pas….

3a

Parfois c’est difficile d’avoir de l’amour pour l’humanité quand on voit la façon dont beaucoup de gens tournent mal. Mais parfois il y a des choses merveilleuses chez nous en tant qu’espèce. Nous avons fait des choses merveilleuses, et nous sommes capables, chacun d’entre nous est capable d’être un véritable génie. Et c’est le travail d’un artiste de tout type, d’un musicien, d’un écrivain, de rappeler aux gens qu’ils ont du génie en eux.

C’est désormais notre rôle de le rappeler aux gens. Donc c’est ce que nous essayons et faisons, avec la manière dont on travaille les paroles. Les paroles sont désormais là où repose la force de la musique. Notre nouvel album s’appelle “Alienist”, c’est un mot du XVIIIe siècle qui désignait un détective ou un psychologue. On se disait que c’était une association intéressante, et puis on a toujours eu cette idée du mot “alien”, déjà à l’époque de COUM Transmissions. Un de nos premiers morceaux s’appelait “The Alien Brain”.

Donc nous remarquons que l’alien n’est pas seulement un extraterrestre, mais aussi un paria, un hors-la-loi, une personne qui refuse ce que la société lui offre. Et si nous pouvons chacun découvrir l’alien en nous, alors on pourrait lutter contre le statu quo. Ah ah ah ! Avec de la chance nous y arriverons ; c’est toujours mon rêve, de détruire cette machine.

C’est un combat sans fin, ça ne s’arrête jamais. Parce que leur stratégies changent, l’environnement change, et nous devons sans cesse changer avec et trouver de nouvelles façons de garder notre esprit ou de combattre. Parfois de manière frontale, parfois de manière plus calme. Ça va faire beaucoup de bruit prochainement, je le sens, ce sera très dur.

C’est déjà dur pour beaucoup de gens. La Russie est en train de tomber dans la censure à nouveau. Ils ont essayé d’interdire Psychic TV il y a deux ans : les extrémistes catholiques ordonnaient à toutes les chaînes de radio, de télé et journaux « ban Psychic TV ». Leur prétexte était que nous étions des fascistes homosexuels. Ah ah ah ! Ça n’a pas fonctionné mais nous avions remarqué, d’après les autres éléments qu’ils ont censurés, qu’il y a un passage en force par Poutine pour faire du mariage un devoir national. Ils essayent alors de convaincre les femmes d’être au service des hommes parce que « les hommes sont des dieux », c’est la phrase employée. Je veux dire… c’est médiéval ! C’est vraiment dangereux de retourner des centaines d’années en arrière et penser que cette mentalité puisse encore fonctionner dans cet environnement technologique. Ils ne vont pas ensemble, ça ne fonctionnera pas. Mais ça peut laisser une opportunité pour du changement, donc nous verrons bien...

(A suivre)

Traduction par Philippe Guinot.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews